Accueil Belgique

«L’intérêt est clair pour des secondes résidences qui pourraient devenir permanentes»

Dans différentes communes de l’Ardenne, l’arrivée massive d’acheteurs flamands est observée.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 3 min

Parfois, en pleine Ardenne, quand on se promène en ville ou qu’on entre dans un café, on a l’impression d’être en Flandre. Avant la crise du covid, c’était notamment le cas dans ce café d’Achouffe où seule la bière, et encore, semblait ardennaise ! Ou encore dans ce magasin de St-Hubert où tout était inscrit en flamand, nous disait récemment une connaissance.

Avec la crise du covid, ce constat pourrait bien s’accentuer. A Daverdisse, la plus petite commune de la province de Luxembourg, « nous dénombrons de huit à dix dossiers d’urbanisme par an », commente le bourgmestre Maxime Léonet. « Mais depuis ce 1er janvier, on en est déjà à 30 ! Il y a peu de terrains disponibles mais des gens du cru, propriétaires, se disent que c’est peut-être le bon moment pour vendre. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs