L'aide extérieure à son plus haut niveau en 2020, l'aide belge suit la tendance

En hausse de 3,5% par rapport à 2019, l'aide publique au développement (APD) s'est établie l'année dernière à 161,2 milliards de dollars (135,2 milliards d'euros), soit "le plus haut niveau jamais enregistré", souligne l'OCDE. De cette somme, 12 milliards de dollars (10 milliards d'euros) ont été spécifiquement dédiés à la lutte contre le Covid-19, un soutien à court terme concentré sur les systèmes de santé, l'aide humanitaire et la sécurité alimentaire, précise l'organisation.

Cet effort doit cependant être "beaucoup plus massif" pour assurer une reprise "véritablement mondiale", prévient le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría. "À l'échelle mondiale, les gouvernements ont mis en place des mesures de relance liées au Covid-19 équivalant à 16.000 milliards USD. Nous n'avons mobilisé que 1% de ce montant pour aider les pays en développement à faire face à cette crise sans précédent pour les générations actuelles", met-il en exergue, rappelant que le dispositif solidaire Covax, qui vise à rendre les vaccins contre le coronavirus aussi accessibles aux pays moins riches, "reste sous-financé".

Outre la distribution de vaccins et le soutien des services hospitaliers, le revenu et les moyens d'existence des populations plus vulnérables doivent être assurés pour engager une réelle reprise, insiste M. Gurría.

Parmi les 30 pays et organisations subsidiant l'aide extérieure, les États-Unis restent le principal donneur en 2020 avec 35,5 milliards de dollars, suivis de l'Allemagne (28,4 milliards USD) et du Royaume-Uni (18,6 milliards USD). Plus des trois quarts (76%) de l'aide totale proviennent des pays du G7.

Côté belge, l'aide au développement s'est élevée à 2,29 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros) l'année dernière, soit 0,47 % du PNB. Il s'agit d'une augmentation de 2,8 % par rapport à 2019. Sur ce total, 129 millions de dollars (108 millions d'euros) ont été consacrés à ce que l'OCDE appelle les "activités liées au Covid", dont 33 millions de dollars (27,6 millions d'euros) sont allés spécifiquement au secteur de la santé.

Dans son accord de coalition, le gouvernement De Croo s'est engagé à élaborer et mettre en œuvre, dès cette année, "une marge de croissance contraignante" afin d'atteindre, d'ici 2030, la norme internationale fixée à 0,7% du PNB. "Si notre prospérité augmente à nouveau, notre solidarité doit également augmenter", a écrit la ministre de la Coopération au développement Meryame Kitir dans sa note de politique générale.

L'OCDE publiera en fin d'année des données définitives.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous