La conversion vers le gaz riche s'achèvera en Belgique en 2024 au lieu de 2029

"Depuis 2018, le rythme des conversions augmente chaque année pour atteindre un pic en juin 2021. Par rapport au planning indicatif initial, de plus grandes zones limitrophes peuvent être converties simultanément, ce qui se traduit par un gain d'efficacité pour les gestionnaires de réseau de distribution", détaille Bérénice Crabs, secrétaire général de la fédération.

Les réseaux de transport et de distribution ainsi que les raccordements de quelque 1,6 million de clients particuliers et industriels dans les provinces d'Anvers, du Limbourg, du Brabant Flamand et Wallon, de la Région de Bruxelles-Capitale, ainsi que dans quelques communes des provinces de Liège, du Hainaut et de Namur sont concernés par ce processus. En cause: la fin de l'approvisionnement de la Belgique par un champ souterrain situé dans la région de Groningue, aux Pays-Bas, et qui fournissait, avant le processus de conversion, cinq milliards de mètres cubes par an au pays.

Cette optimisation n'a pas d'impact sur le planning de conversion déjà communiqué pour 2021 et 2022. Les consommateurs concernés par la conversion en 2023 recevront bientôt un premier courrier de leur gestionnaire de réseau. Ils devront alors faire vérifier, et éventuellement régler, par un technicien habilité tous leurs appareils qui fonctionnent au gaz afin de s'assurer que ces appareils pourront continuer à fonctionner correctement et en toute sécurité avec du gaz riche.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous