Accueil Société

Comité de concertation: discussions tendues autour de l’horeca

Il existe un consensus sur les métiers de contact qui pourraient rouvrir le 26 avril mais les politiques autour de la table ne sont pas d’accord sur la date de réouverture de l’horeca et des autres événements plein air.

Temps de lecture: 4 min

Alexander De Croo est arrivé ce mercredi aux alentours de 9 heures au palais d’Egmont pour le Comité de concertation. Lundi, le Premier s’était montré évasif sur les décisions à attendre de la réunion. « Ce Comité de concertation doit pouvoir prendre des décisions dans la sérénité », a-t-il dit en appelant « tout le monde » – responsables politiques et experts – à éviter de « trop s’exprimer, de trop créer des attentes ». Il faut que ce soit des décisions équilibrées », a-t-il conclu. Dès lors, très peu d’informations filtrent sur les possibles adaptations des mesures.

Il nous revient tout de même que les discussions sont tendues autour de la réouverture potentielle de l’horeca. Les discussions en cours portent également sur le phasage du plan plein air, sujet également très sensible, selon nos informations. Il existe un consensus sur les métiers de contact qui pourraient rouvrir le 26 avril mais les politiques autour de la table ne sont pas d’accord sur la date de réouverture de l’horeca et des autres événements plein air.

Certains acteurs lient les deux sujets. Les libéraux désirent la réouverture de l’horeca pour le 1er mai alors que Frank Vandenbroucke et Alexander De Croo veulent laisser de l’espace entre chaque assouplissement. Aucune mesure ne peut donc être confirmée pour l’instant puisque les négociations sont toujours en cours.

Horeca

Steven Van Gucht s’est exprimé sur la réouverture de l’horeca auprès de nos collègues du journal flamand Het Laatste Nieuws. Pour le virologue flamand et porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, la date du 1er mai est trop ambitieuse. « J’espérais que la baisse des chiffres soit plus rapide », a indiqué Steven Van Gucht, qui ne ferme pas pour autant la porte à une réouverture à cette date. « Deux semaines peuvent faire toute la différence. (…) L’horeca demande des garanties quelques semaines à l’avance – à juste titre – mais nous, virologues, ne pouvons pas encore en donner. C’est évidemment une situation très difficile. Espérons que les courbes fléchiront réellement bientôt. »

Les élus MR se sont retrouvés sur les ondes des principales matinales francophones mardi à la veille du Comité de concertation. Pour les deux libéraux, une chose est certaine : il faut que des actes soient posés dès le 1er mai pour l’horeca. Si ce n’est pas la réouverture, ils insistent tous les deux sur l’importance de pouvoir présenter des perspectives via un plan en plusieurs phases. « Le Codeco ne peut pas manger sa parole. Nous devons garantir au minimum à l’horeca une ouverture phasée à partir du 1er mai », a indiqué Denis Ducarme au micro de Bel RTL. « Il faut que le premier mai, un acte soit posé et qu’il y ait un engagement si le 1er mai on n’ouvre pas l’ensemble. » Des actes les plus larges possibles doivent être posés, a-t-il continué.

Frank Vandenbroucke l’a répété plusieurs fois ces dernières semaines : le ministre de la Santé est réticent à donner des dates précises étant donné qu’elles créent une attente au sein de la population alors que les chiffres de l’épidémie peuvent se trouver en complet décalage à la date d’ouverture prévue.

Voyages à l’étranger

L’arrêté ministériel instaurant l’interdiction des voyages non essentiels expirera le 19 avril. Ce n’est pas pour autant que nous pourrons voyager où bon nous semble. La Belgique pourrait à nouveau se baser sur une carte à code couleur de l’ECDC. Il semblerait que cette mesure ne soit pas prolongée.

Pour l’instant, seules certaines parties du Portugal, de l’Espagne ou encore de l’Irlande sont en orange clair. Le reste de l’Europe est en zone orange foncé voire rouge.

Enseignement

Un relatif consensus est en vue pour l’enseignement. Selon nos informations, un accord pré-Codeco a eu lieu. Il laisserait à la discrétion des communautés le soin de prendre les mesures adéquates. La Flandre prolongerait dès lors l’obligation de port du masque pour le 5e et 6e primaires, tandis que la Fédération Wallonie-Bruxelles ferait tomber cette mesure dès la rentrée, le 19 avril.

Lorsqu’il s’agit d’envisager la levée des autres mesures, la situation se complique et il n’est pas acquis qu’une décision sera prise mercredi. Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), reste inquiet concernant les chiffres. Il invite à « ne pas jouer au poker avec les soins intensifs ». Sa ligne va donc dans le sens d’une politique restrictive pour ce qui ne concerne pas l’enseignement. De leur côté, les Régions sont davantage en faveur d’un respect du calendrier de réouvertures annoncés.

Métiers de contact

On pourrait couper la poire en deux en ouvrant les coiffeurs le 26 avril, les autres métiers de contact plus tard. Et/ou en ouvrant les terrasses le premier mai et le reste de l’horeca plus tard.

A chaque événement majeur de l’actualité, recevez une alerte info de la rédaction du Soir. Inscrivez-vous ICI!

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

32 Commentaires

  • Posté par Derien Jamine, mercredi 14 avril 2021, 16:16

    Faudra pas vous plaindre quand ça vous pètera à la Guelle.

  • Posté par MAKA ZOE, mercredi 14 avril 2021, 16:35

    @DJ : 325 000 euros par mois ? vous êtes bien sûr de vos sources ?

  • Posté par MAKA ZOE, mercredi 14 avril 2021, 16:29

    ?

  • Posté par MAKA ZOE, mercredi 14 avril 2021, 16:16

    Ce que je ne comprends pas c'est que la saturation des hôpitaux (en ce compris la surcharge du personnel médical) est toujours remise en ligne de mire, mais qu'en un an, on n' a pas fait quoi que ce soit pour améliorer la situation - mis à part le Montlégia, mais qui était déjà en cours avant la pandémie. En plus d'un an, on aurait quand même pu financer et construire des infrastructures supplémentaires et former des assistants. On ne leur demande pas d'opérer à coeur ouvert, mais de maîtriser des gestes basiques à exécuter sous la surveillance du personnel diplômé - un système de délégation, quoi. Quoi qu'il en soit, il faudrait y penser parce qu'on ne sait pas combien de temps ça va durer. Personne ne sait ce qui va arriver avec les variants. Alors il vaudrait mieux prévoir un tampon, ça soulagerait au moins les équipes.

  • Posté par Philippe Pasman, mercredi 14 avril 2021, 15:47

    Sincèrement je n’aimerais pas être à la place de ceux qui doivent décider aujourd’hui ouvrir pas ouvrir ? Quoiqu’ils décident ils seront critiqués. J’espère que la sagesse l’emportera.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko