Biden annonce le retrait américain d’Afghanistan: «L’heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l’Amérique»

Biden annonce le retrait américain d’Afghanistan: «L’heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l’Amérique»
Photo News

L’heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l’Amérique » : Joe Biden a confirmé mercredi le retrait de toutes les troupes étrangères d’Afghanistan d’ici le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, qui avaient provoqué l’intervention des Etats-Unis.

« L’heure est venue de mettre fin à cette guerre sans fin », a-t-il martelé dans un discours solennel depuis la Maison-Blanche.

Soulignant être « le quatrième président américain à gérer la présence militaire américaine en Afghanistan », il a promis de ne pas transmettre « cette responsabilité à un cinquième », en jugeant vain d’attendre « de créer les conditions idéales pour un retrait ».

« Les Etats-Unis vont entamer leur retrait définitif le 1er mai », mais « ne partiront pas de manière précipitée », a poursuivi le 46e président des Etats-Unis, dont la décision avait été annoncée la veille après des semaines de consultations. « Les troupes américaines ainsi que les forces déployées par nos alliés de l’Otan » auront « quitté l’Afghanistan avant le 20e anniversaire de ces attentats odieux du 11-Septembre », a-t-il ajouté.

Les pays membres de l’Alliance atlantique ont confirmé dans la foulée qu’ils commenceraient « d’ici le 1er mai » un retrait « ordonné, coordonné et délibéré » des forces de la mission Resolute Support, qui implique en tout 9.600 militaires de 36 Etats.

Cette mission de formation de conseil et d’assistance aux forces de sécurité afghanes, compte quelque 9.600 militaires dont une septantaine de Belges déployés dans le nord du pays, sous commandement allemand.

Selon la ministre belge de la Défense, Ludivine Dedonder, les opérations de redéploiement devraient prendre « de trois à quatre mois », ce qui permet un retrait « dans le délai convenu » mercredi entre alliés.

Joe Biden avait parlé peu avant son discours au téléphone au président afghan Ashraf Ghani, qui a dit « respecter » cette décision. Les forces afghanes « sont pleinement capables de défendre leur peuple et leur pays », a-t-il assuré dans un tweet.

-

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous