Socios, quand la cryptomonnaie rencontre le monde du sport (vidéo)

En mars dernier, Cristiano Ronaldo devenait le premier joueur de l’histoire à être payé en cryptomonnaie. En marquant le 770e but de sa carrière, il s’est vu remettre 770 JUV, la monnaie virtuelle de la Juventus. Derrière cela, tout d’abord un coup de communication d’un secteur qui ne cesse de prendre de l’ampleur mais aussi un projet appelé « Socios ».

L’idée de Socios, et de son CEO Alexandre Dreyfus, businessman français et co-fondateur de Winamax (site de poker et de paris sportif en ligne), prend comme point de départ le manque d’influence des fans sur leur club de sport préféré. Pour remédier à ce manque de poids et d’engagement des supporters, ils lancent l’application Socios.com en 2019. Le principe est comme suit : en se rendant sur l’application, le supporter pourra acheter du Chiliz, la monnaie officielle de Socios. Lorsque l’utilisateur possède cette monnaie, il peut l’échanger contre ce qu’ils appellent des « Fans Tokens ». Ces Tokens (pièces) sont propres à chaque club et permettent dès lors d’intervenir dans les décisions du club moyennant le token en question.

Bien entendu, la possibilité de décision est limitée et le club impose lui-même ses barrières. Il n’est donc logiquement pas possible pour le supporter d’interférer sur les décisions de transfert ou de budget. Mais contre ces pièces numériques, un droit de vote est donné sur certaines initiatives du club. Des choix tels que le design du maillot ou la musique jouée au stade comme l’a déjà fait la Juventus. Le club est libre d’imaginer ce qu’il peut proposer à ses fans pour augmenter leur engagement.

Si le projet a déjà fait parler ces derniers temps, c’est principalement dû à l’inflation que la monnaie « Chiliz » a vécue ces derniers mois, passant de 0,02$ jusqu’à 0,87$ depuis janvier 2021. Mais si cet engouement est en partie causé par l’emballement du marché, la société à su se lier avec certains grands noms du monde sportif. Principalement actifs dans le football, des clubs comme le PSG, le FC Barcelone (ou au niveau de notre plat pays avec Saint-Trond) ont déjà rejoint le projet. L’eSport et l’UFC récemment sont les deux autres sports que nous pouvons y retrouver.

Encore à ses débuts, rien ne peut prédire de quelle manière l’écosystème évoluera. Mais il est clair qu’avec des millions de partisans de clubs sportifs dans le monde, Socios s’adresse à un public potentiellement immense et voudrait se diriger de la sorte vers le supporter de demain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous