Erika Vlieghe s’inquiète des assouplissements: «Beaucoup en peu de temps»

Erika Vlieghe s’inquiète des assouplissements: «Beaucoup en peu de temps»

Plusieurs experts et médecins sont préoccupés par les assouplissements prévus ces prochaines semaines, car les chiffres de l’épidémie sont encore loin d’être idéaux. « Les hôpitaux sont bondés, surtout dans les services de soins intensifs », a déclaré Erika Vlieghe (UAntwerpen) à VTM NEWS ce lundi, répétant un message que Steven Van Gucht partageait hier : « Il n’y a plus de marge dans les hopitaux ». L’infectiologue continue : « Nous avons l’impression qu’il n’y a pas assez de temps pour que les hospitalisations diminuent suffisamment ».

« Pour que les chiffres baissent, il faut de la prudence, du temps, peu de contacts et peu de nouveaux cas », a déclaré M. Vlieghe à nos confrères. « En attendant, bien sûr, il y a de nombreux besoins dans la société et nous le savons », a également reconnu l’infectiologie. « C’est pourquoi nous avons mis en avant certains besoins au sein du GEMS. Nous avons notamment soutenu l’idée de donner la priorité à la réouverture à l’éducation, mais même cela n’est pas idéal. C’est beaucoup en peu de temps », a déclaré M. Vlieghe.

Invitée sur le plateau de RTL TVI, l’infectiologue a étayé son discours. « La saturation est là dans les hôpitaux, il n’y a plus de place ». La levée des interdictions des voyages non essentiels et l’agrandissement de la bulle intérieure font particulièrement peur à l’infectiologue. « On ne sait pas ce que ça va donner ». « Si on voit une augmentation dans les hôpitaux, où va-t-on mettre les patients ? », s’est-elle inquiétée. Elle comprend bien la volonté d’assouplir les mesures, « mais ça vient assez vite. Il faut laisser le temps pour que la courbe d’occupation des soins intensifs diminue. C’est le sentiment que nous avons. ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous