Accueil Monde Europe

La Turquie parie sur le ramadan pour freiner l’épidémie

Les Turcs sont entrés dans le mois de ramadan avec l’imposition de nouvelles mesures de confinement. Les autorités espèrent que ce mois saint de l’islam permettra de casser la courbe de l’épidémie, plus élevée que jamais. Mais certains jugent que les mesures demeurent insuffisantes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

En cette soirée du 13 avril, une heure avant la fin du premier jeûne de ramadan, Cemalettin monte le son de la télévision dans son épicerie d’Istanbul. Le chef de l’État turc annonce une nouvelle série de mesures pour tenter de freiner l’épidémie de Covid-19. « Pendant les deux premières semaines de ramadan, nous appliquerons un confinement partiel », explique Recep Tayyip Erdogan, alors que le nombre de contaminations bat chaque jour un nouveau record (61.400 nouveaux cas et 297 morts en Turquie jeudi).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, vendredi 16 avril 2021, 20:47

    Ils n ont pas de vaccins? Leurs merveilleux hôpitaux dernier cri ne suivent pas ? Zut alors

  • Posté par Lahure Annie, vendredi 16 avril 2021, 10:29

    La Turquie avait appliqué les mêmes mesures lors du Ramadan et des fêtes religieuses et civiles l'an dernier, et cela avait bien fonctionné, les gens avaient fait preuve d'un civisme exemplaire. Mais cette année, les mesures sont prises beaucoup trop tard, la campagne de vaccination piétine de manière inquiétante et la population en a ras-le-bol du confinement, de la répression et de la désinformation. Nous, Belges, pouvons un peu les comprendre...

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs