L'industrie belge très pénalisée par une taxe carbone (étude) (PRESS)

Signée par deux économistes de la KU Leuven (Gert Bijnens et Joep Konings) et deux membres de la BCE (John Hutchinson et Arthur Saint Guilhem), elle porte sur 212.000 entreprises (15 millions d'emplois) situées en Belgique, Pays-Bas, France, Allemagne, Italie et Royaume-Uni.

Dans ces pays, une taxe carbone d'environ 60 euros, ce qui est le niveau requis pour limiter le réchauffement climatique à 2 degrés, entraînerait une hausse de 20% des prix de l'électricité. Ce qui, à son tour, menacerait directement 150.000 emplois. Les secteurs les plus impactés sont logiquement les plus énergivores.

Si on considère les pays dans leur ensemble, la Belgique apparaît comme le pays le plus impacté par une taxe carbone fixée à environ 60 euros. "L'impact sur l'emploi pourrait cependant dépasser les 150.000 emplois directs", préviennent les auteurs de l'étude, sachant qu'un emploi dans l'industrie manufacturière génère entre 1 et 2,5 emplois chez les sous-traitants et dans les services aux entreprises.

Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous