Accueil Belgique Politique

Maxime Daye, bourgmestre de Braine-le-Comte: «Il y a un ras-le-bol»

Pour Maxime Daye, si les bourgmestres sont légalistes, ils doivent également garantir la quiétude sur leur territoire et « tout mettre en œuvre pour que ça ne dégénère pas ».

Temps de lecture: 2 min

Le bourgmestre de Braine-le-Comte, Maxime Daye (MR) – par ailleurs président de l’Union des Villes et Communes de Wallonie – était l’invité de BelRTL ce vendredi matin. Il est revenu sur les décisions prises par le Comité de concertation et les difficultés qui s’annoncent. « Il y a un ras-le-bol chez les bourgmestres qui gèrent la crise depuis plus d’un an. Les dernières décisions ont été vécues plus difficilement », a souligné le libéral. « Tout le monde est mal à l’aise avec les mesures. Les bourgmestres sont au plus proches de la population et des secteurs. Et les gens en ont ras le bol. On doit faire remonter ce message. »

Les bourgmestres vont-ils dès lors fermer les yeux, sur des actes de désobéissance civile ? Pour Maxime Daye, si les bourgmestres sont légalistes, ils doivent également garantir la quiétude sur leur territoire et « tout mettre en œuvre pour que ça ne dégénère pas ». Et le report de l’ouverture de l’horeca ne va pas les aider dans cette tâche. « Les jeunes ont besoin de se retrouver, les cafetiers doivent écouler leur stock. On leur avait promis une ouverture le 1er mai. Cet espoir envolé crée de la frustration. »

Enfin, le président de l’Union des Villes et Communes de Wallonie a regretté le peu de concertation que les bourgmestres ont avec le niveau fédéral, trop peu à l’écoute des réalités du terrain.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Brz Becky, vendredi 16 avril 2021, 14:20

    Personnellement j'ai la chance d'avoir eu la possibilité de télétravailler depuis le début et de n'avoir eu aucune perte de salaire. Je suis indirectement touchée par la situation de l'horeca via un membre de ma famille. Effectivement il y a énormément de restaurateurs et cafetiers qui sont au bord du gouffre avec lesquels je suis tout à fait solidaire et qui, à juste titre, bénéficient des soutiens financiers, même si insuffisants, du fédéral et des régions. Mais pour qu'il n'y ait pas d'injustices il faudrait que ces aides soient ciblées, je sais il est quasi impossible de faire au cas par cas. Parce qu'il ne faut pas perdre de vue que parmi tous ces restaurateurs et cafetiers il y en a qui sont "installés" depuis 30/40 ans voire plus et qui ont eu la chance, contrairement je pense aux nouveaux venus, de constituer un patrimoine immobilier et mobilier tout à fait conséquent grâce "au noir" pratiqué pendant des années. Ces établissements ne devraient pas pouvoir bénéficier d'aides mais évidemment vu que c'est du noir ....

  • Posté par Dejolier Bruno, vendredi 16 avril 2021, 13:47

    Qu'attends t-on pour ouvrir toutes grandes les vannes du fond des calamites pour aider les independants ? Ca, ca calmera probablement le jeu. Nous sommes ici face a des gens tres gravement impactes par la crise, qui sont aux abois financiers, et on voudrait qu'ils restent calmes ? Je vais dans votre sens Mr Tricniaux, je n'ai pas perdu 1 euro de salaire depuis le debut de la crise. C'est un peu facile dans ces conditions la de denigrer les gens qui sont dans la galere totale. Et oui, il faudra probablement plus tard payer plus d'impots en fonction de nos revenus (du travail mais aussi et surtout capitaux) pour renflouer les caisses, et je serai impacte aussi. Ce n'est pas le plus agreable, mais personne n'en mourra, et ca ce sera de la solidarite juste.

  • Posté par Steens Frédéric, vendredi 16 avril 2021, 10:26

    Et si on donnait la parole à ceux qui en ont ras-le-bol des ceux qui en ont ras-le-bol?

  • Posté par BEKE Eric, vendredi 16 avril 2021, 9:02

    On peut aussi regretter que de plus en plus de gens sont déconnectés de l'épidémie. On fait largement écho des lamentations, justifiées, des victimes économiques, mais les victimes de la maladie n'ont malheureusement définitivement plus voix au chapitre. Sans parler du personnel soignant sur le pont depuis plus d'un an. Les mesures gouvernementales, parfois maladroites ou trop compliquées, ont pour but d'essayer de freiner la maladie, pas d'em... le maximum de citoyens. Le problème, c'est qu'une "éducation" de plus en plus permissive depuis plusieurs générations engendre des personnes qui ne supportent plus les contrariétés, or elles existent dans la vie réelle.

  • Posté par massacry olivier, vendredi 16 avril 2021, 17:27

    @Mr Staquet, tout simplement parce que cette maladie est contagieuse Et léthal, le cancer le serait, et l'on assisterait à une véritable panique. Parce que hélas au plus le nombre des patients covid augmente, au moins il y de la place pour les autres, d'où le but des mesures. Mais peut-être voudriez vous limiter les soins à certaines pathologies et pas à d'autres, à certaines catégories de la population et pas à d'autres?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Enquête Les communes wallonnes devront se montrer plus transparentes

« Le Soir » et « Le Vif » ont mené l’enquête auprès des 281 communes wallonnes et bruxelloises, pour voir s’il était possible pour un citoyen d’obtenir des informations précises avant chaque conseil communal. Verdict : non, dans une grande majorité des cas. Mais un décret wallon à l’initiative du CDH, appuyé par la majorité, va changer la donne.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs