Accueil Économie

Le patron de l’aéroport de Charleroi exige un «plan B»

Après avoir été mis à l’arrêt toute une matinée en raison du manque d’effectifs chez Belgocontrol, l’aéroport de Charleroi fait le décompte des pertes encourues.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Quatre d’heures d’arrêt, au cours desquelles aucun avion n’a pu atterrir ni décoller de l’aéroport de Charleroi. C’est à la fois beaucoup moins que le chaos engendré par la vraie-fausse grève des contrôleurs aériens à l’aéroport de Bruxelles-National le 12 avril dernier, mais néanmoins nettement suffisant pour que le patron de l’aéroport de Charleroi sorte de ses gonds.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Michel DEGLIN, jeudi 21 avril 2016, 14:27

    Une entreprise public, donc politique, est incapable de gerer les besoins des citoyens. C'est déjà le cas sans contestation avec l'énergie qui vous réserve encore des surprises désagréables mais plausibles.

Aussi en Économie

Le salon Batibouw vise le zéro carbone

L’an prochain, Batibouw deviendra le salon de la durabilité à tous les étages. Les exposants devront respecter les critères ESG pour être admis. De leur côté, les organisateurs promettent de s’engager sur une voie la plus « green » possible.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs