Bruxelles: la passerelle Suzan Daniel prend forme et c’est tout un symbole

Bruxelles: la passerelle Suzan Daniel prend forme et c’est tout un symbole
Pierre-Yves Thienpont

C’était un peu le monstre du Loch Ness du canal, évoqué depuis près de deux décennies sans pour autant daigner sortir la tête de l’eau. La passerelle Suzan Daniel, vaste projet visant à relier les deux rives du canal se faisant face entre l’avenue Bolivar (qui relie les berges à la gare du Nord) et la rue Picard (qui donne sur l’entrée du site de Tour et Taxis), est devenue nettement plus concrète depuis ce vendredi soir, avec le lancement des travaux d’installation de la travée principale (de son « tablier », dit-on dans le jargon) qui la constitue.

Le positionnement et la fixation de cette pièce de 1200 tonnes, mesurant 60 mètres de long, nécessitent un dispositif technique impressionnant : livrée par péniche, la pièce est placée grâce à des élévateurs reposant sur deux barges ayant jeté l’ancre dans le canal. Vue les circonstances exceptionnelles, le trafic fluvial a dû y être interrompu dès ce vendredi soir, et le restera jusque lundi matin.

Désenclaver les logements

Ce nouvel ouvrage d’art, qui revêt d’une importance stratégique, n’a pas été placé là par hasard. Passé son inauguration, qui attendra l’hiver 2021 et la finalisation du chantier (supervisé par Beliris, bras fédéral chargé du financement de projets bruxellois), il permettra notamment de raccourcir le temps de passage à pied pour les navetteurs allant de la gare du Nord vers Tour & Taxis. Mais il permettra surtout de désenclaver les logements qui poussent comme des champignons de part et d’autre de la passerelle.

Dans les années à venir, celle-ci devra également permettre le passage d’une nouvelle ligne de tram. La fracture nord-sud souvent associée au canal s’en trouve ainsi réduite, mais la symbolique du chantier ne s’arrête pas là. Le nom de la passerelle, choisi (sur base d’un sondage) pour rendre hommage à celle qui fut pionnière dans la défense des droits des personnes LGBT en Belgique, contribuera également à raviver la mémoire de cette militante peu connue aujourd’hui.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous