Nicolas Gavory et le Standard se sont remis en question

Nicolas Gavory et le Standard se sont remis en question
Belga

«  Je me sens bien physiquement, mais aussi mentalement. » Voilà comment Nicolas Gavory a entamé la conférence de presse de ce vendredi. Une ouverture qui permet d’effectuer un parallèle entre le latéral français et ses couleurs. Celles qui ont pris des coups durant la saison, de très solides par moments, mais qui ont su puiser dans leurs ressources pour retrouver un fond de jeu et une mentalité sans faille. Nicolas Gavory est dans la même veine, lui qui est passé par toutes les émotions, entre le statut d’indispensable à celui d’excédent, le forçant à prendre place en tribunes à deux reprises. Contre le Club de Bruges en Coupe et à Mouscron pour être complet.

Mais comme le Standard, il s’est remis en question, pour revenir à son meilleur niveau, à l’instant « T ». « Je ne sais pas vraiment ce qui a changé. Seule certitude, c’est que je n’ai pas dérogé à ma ligne de conduite, à savoir de bosser. Quand je suis sorti du noyau, je ne l’ai pas bien pris, c’est juste normal quand tu es un compétiteur. Maintenant, je n’ai rien lâché et je récolte désormais les fruits du boulot abattu. » Un retour aux affaires qui constitue un adjuvant supplémentaire dans la poursuite des objectifs liégeois. « Le groupe est parfaitement capable de remplir les missions à venir. Conserver notre place en PO2 et remporter la Coupe, la période cruciale est devant nous. Tout le monde en est conscient et chacun sait ce qu’il doit faire… »

« Des attentes élevées »

Dans le chef de Nico, ce sera de défendre, tout en mettant le nez à la fenêtre dès que cela sera possible. Avec huit passes décisives toutes compétitions confondues, le back est une arme pas si secrète que cela. « Quand je commence une saison, je ne me fixe pas vraiment de chiffre à atteindre, même si j’ai des attentes élevées. Je veux surfer sur la dynamique actuelle, un peu comme le reste du club. »

Pour finir l’année sur une note positive. « Avec tout ce qu’il s’est passé, l’issue finale pourrait être bonne si nous parvenons à confirmer dans les deux rencontres qui viennent. Mais avant d’envisager Genk, il faudra se défaire du Beerschot. Gagner ce dimanche sera la meilleure manière de préparer la finale, donc pas besoin de réfléchir. Il faut vaincre. » Pour que Nico et les Rouches conservent le sourire, celui qui les accompagne enfin dans la durée…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous