Accueil Belgique Politique

Frank Vandenbroucke: «Si on compare à la France, notre politique est plutôt soft»

Le ministre de la Santé explique pourquoi les chiffres baissent si doucement : les mesures belges ne sont pas les plus sévères d’Europe.

Temps de lecture: 2 min

Si on compare à la France, notre politique est plutôt soft », s’est défendu le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke sur le plateau de C’est pas tous les jours dimanche sur RTL. « Les mesures doivent être suivies. Il n’y a pas beaucoup de marge quand les mesures sont softs. Une telle approche prend du temps et il faut donc de la patience. Quand les mesures prennent du temps, il faut un consensus politique, qui se maintient, pour soutenir les mesures. C’est le défi ».

Une situation qui reste critique

S’il comprend les représentants de l’horeca, il rappelle néanmoins l’importance des mesures et la situation actuelle. « Quand presque tous les lits aux soins intensifs sont occupés, c’est une situation critique pour tout le monde. (…) Pour un ministre de la Santé, quand les hôpitaux sont presque complets, c’est une bonne raison pour être nerveux. (…) Pour toute la Belgique, aujourd’hui, il reste 92 lits en soins intensifs », souligne-t-il. S’il reste encore « autant » de lits, c’est grâce aux reports d’un certain nombre de soins.

Tout est question d’équilibre, entre « permettre d’un côté aux hôpitaux de fonctionner de façon normale » et de l’autre côté, « retrouver une vie normale ».

La réouverture des terrasses n’est pas garantie

Frank Vandenbroucke est plus nuancé que ses collègues du Comité de concertation. Les terrasses pourront rouvrir le 8 mai, à deux conditions : la campagne de vaccination doit continuer – ce qui est en bonne voie – et la situation des hôpitaux doit s’améliorer « de façon durable ». Le ministre refuse de donner des chiffres à partir desquels le déconfinement pourrait se poursuivre. « Je ne veux pas jouer sur les chiffres. Je sais que c’est un message difficile mais on vit dans une incertitude fondamentale.

« L’approche belge est soft. La politique belge n’est pas très sévère, on permet beaucoup. Le prix à payer est que la baisse des chiffres est très lente », conclut Vandenbroucke.

Quant à la vaccination, le ministre compte sur le bon bilan des maisons de repos pour convaincre les Belges de se faire vacciner.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

43 Commentaires

  • Posté par Breyne David, mardi 20 avril 2021, 10:05

    En France, pas de limite sur le nombre d'invités que tu peux recevoir chez toi (du moment qu'ils habitent à moins de 10km de chez toi, ils peuvent venir, et vu les contrôles sur les déplacements, même si ils habitent à 100 km, il n'y a pas de problème), que des limitation sur la voie publique https://eurometropolis.eu/fr/covid-19-info/ Comparé à notre contact rapproché unique..... Je ne pense pas qu'on soit plus soft que nos voisins.... Les chiffres ne baissent pas en France et le taux d'incidence semble plus élevé en France qu'en Belgique (https://www.egts-gect.eu/fr/covid-19, la carte est plus sombre de l'autre côté de la frontière)

  • Posté par Diaz Santos Eduardo, lundi 19 avril 2021, 12:02

    Et pourquoi se comparer à la France?

  • Posté par curto calogero, lundi 19 avril 2021, 9:55

    Se Monsieur, veux imposer sa façon de vivre , pas d'amis, pas de vie en société, pas de vacance, pas de famille, mais voila tout les citoyens ne sont pas comme lui, ils reconnait ça, mais il est têtu et persiste.

  • Posté par dekoker philippe, lundi 19 avril 2021, 9:11

    Quel faux jeton, comme d'hab il prend les chiffres qui l'arrangent.. Il oublie de dire qu'avant les francais pouvaient quitter leur pays, prendre des vacances, avoir un vrai noel, n'avait pas de bulle de 1, on fermé les restos beaucoup plus tard que nous..etc Si on fait le total des restrictions sur un an..non les français n'ont pas été plus strict que nous Quel malhonnête

  • Posté par noel lelon, dimanche 18 avril 2021, 22:52

    Merci à monsieur VDB de veiller sur notre santé tout en protégeant l’essentiel et le nécessaire sans céder aux marchands hurleurs et au marché. Ce dernier n’a pas de morale par définition et ceux-là l’utilisent à tout va quand ça les arrange uniquement.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une