Thierry Breton attaque AstraZeneca: l’Europe ne contractualise qu’avec ceux qui «livrent en temps et en heure»

Thierry Breton attaque AstraZeneca: l’Europe ne contractualise qu’avec ceux qui «livrent en temps et en heure»

Le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton a expliqué dimanche que le contrat européen de vaccins contre le Covid-19 avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca pourrait ne pas être renouvelé en raison des retards de livraison accumulés depuis le début de l’année.

«On est pragmatique. Ma priorité en tant que responsable des vaccins, c’est que ceux avec lesquels nous contractualisons livrent exactement en temps et en heure, voire plus», a-t-il dit lors d’un entretien sur la chaîne BFMTV.

Une raison purement commerciale

«On avait commandé 120 millions de doses pour le premier trimestre et 180 millions pour le deuxième trimestre. Il se trouve qu’au premier trimestre, ils (AstraZeneca, NDLR) n’en ont livré que 30 millions, ce qui a créé des problèmes que tout le monde a vus» et «ils n’en livrent que 70 millions au second trimestre», a-t-il expliqué, laissant entendre que le contrat, qui «se termine le 30 juin», pourrait ne pas être renouvelé.

«Rien n’est définitif, on continuera à discuter», a cependant nuancé Thierry Breton. «Ce n’est pas pour une raison épidémiologique ou médicale. Quand on regarde les données, les bénéfices du vaccin AstraZeneca l’emportent de façon massive par rapport à la maladie», a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous