Accueil Monde États-Unis

Afghanistan: un fiasco militaire américain, sans but précis ni moyens requis

Après vingt ans de combats et d’attentats sanglants, des milliards de dollars engloutis et des milliers de vies perdues, la guerre américaine en Afghanistan touche à son terme, sur ordre du président Joe Biden, qui a fixé la date butoir de retrait total des 3500 « Gi » restants au 11 septembre prochain. Le bilan de cette expédition punitive, initialement dirigée contre al-Qaïda et son fondateur Oussama ben Laden, est calamiteux.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 5 min

On l’appelait le « Lawrence d’Afghanistan ». Le major américain Jim Gant était un spécialiste de la contre-insurrection, du ralliement des populations locales à l’effort de guerre contre les talibans. Auteur en 2009 d’un manuel nommé « Une tribu à la fois », l’officier béret vert prônait une immixtion des forces spéciales au sein de la population, leur « afghanisation » et la constitution de milices populaires contre le joug des « étudiants en religion ».

L’expérience fut brève, mais intense. En 22 mois, de 2010 à 2012, dans la province du Kunar (est), troquant le treillis par la « salwar kameez » traditionnelle, apprenant le pachtoune et se laissant pousser une barbe drue, Gant réussit à lever 1300 de ces miliciens locaux, ne perdant au passage aucun homme.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Joute Dodo, lundi 19 avril 2021, 12:37

    Les russes avaient après une très longue guerre perdue laissé l'Afghanistan exsangue, en proie aux terroristes, avec un gouvernement ne contrôlant même pas complètement Kaboul, la quasi entièreté du pays aux mains de chefs tribaux. Et une menace terroriste contre les pays occidentaux, car les russes avaient bien appris aux terroristes en Afghanistan comment commettre des attentats dans les pays occidentaux. Les américains ont tout de même apporté beaucoup de bon dans ce pays. Leur retrait est loin d'être une défaite. Espérons que leur retrait ne précipitera pas à nouveau le pays dans la guerre civile.

  • Posté par du Coche LaMouche, mardi 20 avril 2021, 1:13

    Que ne faut-il pas entendre ! Le terrorisme islamiste a été développé en Afghanistan par les USA (3.3 milliards de dollars de subsides) pour mettre l'armée soviétique en difficulté, un peu comme l'avait fait l'empire britannique en Arabie avec Lawrence pendant la guerre 14-18 pour pourrir la vie à l'armée ottomane.. C'est la CIA qui a financé les activités d'un certain Ben Laden et d'Al Quaïda. A l'époque, on les qualifiait de "combattants de la Liberté". Je me demande comment vous arrivez à concilier des faits désormais avérés avec votre délire permanent pro-US...

  • Posté par Boutaarourte Ali, lundi 19 avril 2021, 18:33

    Faux, les USA n'ont apporté que morts et désolation dans un pays qui ne leur a rien demandé. Les envahisseurs US se retirent donc dans la honte et dans les même conditions que les soviétiques à l'époque.

  • Posté par Patrick Yamedjeu, lundi 19 avril 2021, 15:26

    Les américains ont apporté beaucoup de bon? Allez sur CNN et autres chaines US vous verrez l'analyse qui y est faite. Vous verrez aussi que plusieurs milliers (si pas dizaines de milliers) de collaborateurs afghans qui ont travaillés avec les "libérateurs" US, supplient qu'on leur fournisse un visa pour quitter le pays. Quand à votre fameuse menace terroriste, allez plutôt voir chez vos partenaires et clients Saoudiens et autres monarchies rétrogrades. Ce sont eux qui financent le terrorisme.

  • Posté par Bresart Jeanpol , lundi 19 avril 2021, 9:25

    Une défaite US, bien analysée. Et quid des pays européens qui ont lancé des hommes et du matériel? Nous aussi, on rentre, évidemment. Aucune autre stratégie de remplacement devant cette guerre de religion qu'on dénie. Les guérillas urbaines sont pourtant de plus plus présentes. Les événements en France font peur: de plus en plus violents, de plus en plus impunis. Qu'on ne s'illusionne pas, cette guérilla fait souche dans tous les autres pays d'Europe. Contre ce virus-là, on ne se donne ni thérapie, ni vaccins.

Plus de commentaires

Aussi en USA

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs