Coronavirus: les voyageurs seront appelés deux fois à leur retour

Coronavirus: les voyageurs seront appelés deux fois à leur retour

Les voyages non essentiels sont à nouveau autorisés mais, au retour, les voyageurs seront dorénavant appelés deux fois, confirme Karine Moykens, responsable de la task force testing et tracing, dans les titres Sudpresse lundi. Elle assure que le suivi sera renforcé.

« Nous allons suivre encore mieux le testing », annonce Mme Moykens. Ses services savent combien de gens respectent le test au jour 1 et au jour 7. En février, 87 % des gens faisaient le premier test, contre 47 % pour le deuxième. En mars, on était à 68 % et 29 %. Et début avril, 75 % effectuaient le premier test. Ils n’étaient plus que 26 % pour le second, détaille-t-elle. « On voit donc que c’est surtout le deuxième test qui est moins bien suivi », observe-t-elle.

Mme Moykens explique que lorsque seuls les voyages essentiels étaient autorisés, les citoyens étaient contactés par téléphone à leur retour pour leur rappeler de se faire tester. « Désormais, on va non seulement les contacter au début. Mais si au jour 5 on voit qu’ils n’ont toujours pas pris rendez-vous avec le code d’activation qu’on leur aura envoyé pour le 2e test, on les contactera à nouveau pour rappeler l’obligation du test au 7e jour. »

Elle souligne aussi que tant les entités fédérées que les communes ont désormais accès à la liste des personnes qui doivent se faire tester et respecter une quarantaine. Elle annonce donc que « des contrôles pourront avoir lieu ».

Mme Moykens souligne en outre que « les voyages sont toujours déconseillés vu le fait que quasiment tous les pays sont en zone rouge et vu la situation épidémiologique. Si vous voulez quand même voyager, libre à vous de le faire. Mais soyez prudents et prenez vos responsabilités. Pour vous, mais aussi pour protéger vos concitoyens », enjoint-elle.

Sur le même sujet
PolitiqueSud Presse
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous