Vaccination: le secteur de l’enseignement s’étonne de la priorité donnée aux athlètes olympiques et paralympiques

Les syndicats de l’enseignement s’étonne de la priorité donnée aux athlètes olympiques et paralympiques belges.
Les syndicats de l’enseignement s’étonne de la priorité donnée aux athlètes olympiques et paralympiques belges. - Reuters

La CSC-Enseignement a dit lundi apprendre «avec étonnement» la vaccination prioritaire des athlètes olympiques contre le covid, alors que les enseignants sont toujours jugés non prioritaires pour l’inoculation.

«Tout en reconnaissant l’importance et le mérite de nos sportifs et sans vouloir leur porter un quelconque préjudice, nous rappelons que les personnels de l’enseignement sont eux aussi des champions dans leur catégorie et méritent la reconnaissance à laquelle ils ont droit en recevant prioritairement le vaccin», souligne Roland Lahaye, secrétaire général du syndicat.

Avant les vacances de Pâques, les syndicats enseignants avaient réclamé -menaces d’actions à l’appui- un respect strict des règles sanitaires dans les écoles, un testing ainsi que la vaccination de tous les enseignants, mais sans succès jusqu’à présent.

«Ce sont les seules garanties pour un retour en 100% présentiel dans les écoles et pour éviter les fermetures de classes ou d’établissements scolaires», ajoute M. Lahaye.

Le syndicat chrétien réunira vendredi ses comités régionaux pour faire le point et décider de la suite des opérations.

« Aucune avancée »

Du côté de la CGSP-Enseignement, on déplorait également lundi que les revendications des enseignants n’aient pas été rencontrées par le politique.

«Il n’y a eu aucune avancée sur la vaccination. La demande des ministres (communautaires) de l’Enseignement a été remballée au niveau fédéral», pointe Joseph Thonon, président de la CGSP-Enseignement.

«Dans les écoles, il y a une certaine fatalité qui s’installe. Le temps joue contre nous vu l’approche de la fin de l’année scolaire. Mais dix semaines de cours, c’est long. On a jamais eu une si longue période de cours depuis septembre. On va voir ce que ça va donner pour remplacer les profs absents, gérer la fermeture des classes, etc.», ajoute M. Thonon.

Le syndicat socialiste réunira aussi ses instances vendredi pour faire le point de la situation.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous