Accueil Société

Comment la crise sanitaire creuse les inégalités de genre

Le Conseil bruxellois pour l’égalité entre les hommes et les femmes a compilé toutes les données disponibles. Singulièrement en matière d’emploi, les chiffres soulignent la vulnérabilité des femmes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Beaucoup de crises renforcent les inégalités entre femmes et hommes. On l’avait vu en 2008, les politiques de relance de l’époque ont très peu pris en compte cet aspect. Ici, l’impact, pour les femmes, est déjà lourd, et les perspectives sont sombres. » Eva Sahin préside le Conseil bruxellois pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Lequel réunit des représentants des patrons et des syndicats, du tissu associatif, des universités de la capitale. Toutes et tous, dès le début de la pandémie, ont senti, sur leur terrain, dans leur secteur, que les inégalités de genre, allaient se creuser davantage encore. Pour objectiver ces perceptions et rationaliser les recherches, le Conseil – un organe consultatif, financé, pour son fonctionnement par le gouvernement régional – a décidé, en mai dernier, de lancer une étude sur la thématique, dont il a présenté les résultats ce lundi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, lundi 19 avril 2021, 22:52

    Et méfions-nous de l'égalitarisme radical et aveugle. Beaucoup femmes CHOISISSENT de s'occuper plus de leurs enfants que de leur carrière et ce ne sont pas des idéologues dogmatiques qui doivent venir leur dire que ce n'est pas bien. Je sais qu'il est très difficile de combiner les deux, car j'ai élevé seul mes enfants, mon épouse étant décédée à la naissance des 2 derniers. J'ai alors fait passer mes enfants avant ma profession. Mais dans tous les cas, ce doit être un choix personnel ou fait au sein du couple, pas une obligation dictée par un nouveau dogme totalement opposé à ce que la nature nous a toujours fait faire.

  • Posté par Chalet Alain, lundi 19 avril 2021, 22:46

    Nous devrions définir ce que nous voulons dire par "égalité homme-femme", car il est clair que hommes et femmes sont différents dans une série de domaines, par exemple en ce qui concerne la sexualité et la grossesse. Et dans d'autres domaines, les femmes réclament des protections spécifiques. Mais dans ce cas, les hommes aussi devraient être protégés dans les domaines où ils sont en position de faiblesse par rapport aux femmes. Alors égalité en droits et en valeur? OUI, c'est l'idée de base, mais à définir un peu mieux dans les détails pratiques, sinon cela ne veut pas dire grand-chose.

  • Posté par Ask Just, lundi 19 avril 2021, 19:08

    Pas de surprise ici, malheureusement ! Notamment concernant l’école, tout le monde sait bien qu’en la fermant, on condamne la mère à garder les enfants à domicile (désolé pour les pères qui se sont dévoués, vous êtes une petite minorité). Ceci évidemment conduit les employeurs à licencier des femmes préférentiellement. Si la fermeture des écoles impactait préférentiellement de vieux messieurs, il est très clair que cette mesure ne serai jamais au grand jamais envisagée :-/ Dans cette crise, tout est à nouveau fait pour préserver un certain type de privilèges, essentiellement liés à l’âge, aux revenus, et au sexe masculin. Dans cette crise plus qu’en temps normal, il ne fait pas bon être une jeune mère à bas revenu. À quand un souci de plus d’équité dans les mesures préconisées par nos experts et ministres? TINA a bon dos!!!

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs