Accueil

Un festival essentiel pour des artistes en devenir

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

On a hyper besoin de projets comme celui-là. Surtout dans le contexte actuel. » Violoncelliste, élève en deuxième de master au Conservatoire de Bruxelles, Marie Anthonioz est catégorique : le festival Courants d’airs est cette année un peu plus indispensable encore que d’habitude. « Au départ, c’était un petit projet né autour d’une partition. Mais dans une année morose comme celle qu’on a vécue, il est devenu un projet phare. »

Présenté en clôture du festival, le projet porté par Marie s’articule autour de Giovanni Sollima. « C’est un compositeur et violoncelliste qui offre une autre dimension du violoncelle. Il joue très bien n’importe quel style et dans ses compositions, il insère du rock, du métal, du jazz. C’est extrêmement vivant. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs