Facebook veut "normaliser" les problèmes de sécurité (2)

Une enquête européenne est en cours sur cette fuite, qui a rendu publiques les données de plus de 530 millions d'utilisateurs, dont 3 millions de Belges. La fuite concerne le "scraping", qui consiste à extraire des informations de profils ou de sites. Facebook aurait laissé le problème non résolu pendant deux ans.

Le réseau social préférerait d'ailleurs minimiser cette fuite, selon l'e-mail que Data News a consulté. "'À long terme, nous nous attendons à un plus grand nombre d'incidents de scraping et il est important d'en faire un problème industriel et de normaliser le fait que cela se produit régulièrement'', peut-on y lire.

Le hacker éthique Inti De Ceukelaire avait averti Facebook dès janvier 2017 qu'il était possible de connaître le numéro de téléphone d'une personne via Facebook. Il leur a également fait remarquer qu'il était possible d'importer jusqu'à dix mille contacts à la fois. Facebook aurait répondu à l'époque qu'il ne s'agissait pas d'un problème grave, de sorte qu'il est resté possible pendant plus d'un an de télécharger des numéros de téléphone et des adresses électroniques aléatoires sur Facebook et de voir à quel profil ils appartiennent.

Dans une réaction communiquée mardi soir, le réseau social affirme continuer "à renforcer nos systèmes pour rendre plus difficile le scraping de Facebook sans notre autorisation et pour poursuivre les personnes qui en sont responsables".

Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous