Un livreur de repas gagnerait à peine 9 euros de l'heure (PRESS)

Pour se faire une meilleure idée de la rémunération des livreurs travaillant pour la plateforme Deliveroo, le syndicat a analysé 10.000 courses entre début 2018 et début 2020.

Il en ressort que la plupart des livreurs (85%) recourent au statut dit "Peer to Peer" (P2P) lié à l'économie collaborative. Ils ont en moyenne gagné 9,2 euros par heure, un montant obtenu après le paiement d'une taxe sur les revenus de 10%. "En plus, les indemnités ont encore baissé depuis la période analysée", souligne Martin Willems, de la CSC-United Freelancers.

Ces neuf euros ne prennent pas en compte les coûts liés, par exemple, à la location d'un vélo électrique, à un abonnement GSM ou à l'achat de vêtements adaptés. Les livreurs n'ont toujours pas de droits sociaux, comme une assurance-maladie ou en cas d'accident, des droits au chômage ou à la pension, souligne le syndicat.

La CSC demande aux plateformes collaboratives comme Deliveroo ou UberEats de donner un véritable statut de salarié à ses livreurs. Ceux-ci devraient gagner 13,9 euros de l'heure, soit la moitié plus que la moyenne actuelle, estime-t--on. De leur côté, les plateformes mettent régulièrement en avant la volonté présumée de liberté et de flexibilité dans le chef des livreurs.

Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous