Accueil Société

Espace: bientôt le clap de fin pour l’ISS?

Une nouvelle mission s’est envolée ce vendredi pour la Station Spatiale Internationale. L’une des dernières ? L’épilogue de l’ISS serait programmé pour 2024. Un projet au coût exorbitant et aux retombées scientifiques mineures. Alors qu’Européens et Américains visent désormais la Lune, Russes et Chinois vont chacun lancer leur propre habitat en orbite autour de la Terre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Cinq ans après son premier séjour à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS), Thomas Pesquet s’est envolé ce vendredi peu avant midi pour la rejoindre à nouveau. Ce second voyage de 6 mois à 400 km au-dessus de la surface terrestre devrait être le dernier pour l’astronaute français. En effet, en 2024, il pourrait en être terminé de l’ISS. Au conditionnel car, si cela est régulièrement discuté en haut lieu, aucune annonce officielle n’a été faite par les partenaires majeurs à ce gigantesque projet qui, s’il est international, demeure essentiellement américano-russe. Le président Biden ne s’est pas encore prononcé sur la date butoir de 2024 claironnée par son prédécesseur. Du côté russe, les informations se contredisent, alors même que l’agence spatiale russe vient d’annoncer vouloir mettre en orbite terrestre sa propre station spatiale en 2025. « Actuellement, l’avenir de l’ISS semble flou, et soumis à des jeux d’influence politiques », note Yaël Nazé, astrophysicienne à l’ULiège.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Patrick Yamedjeu, mercredi 21 avril 2021, 13:08

    Article intéressant mais ramener tout à la seule NASA comme si elle était le moteur de l'ISS c'est un peu léger. Il n'y a pas que les USA qui paient et entretiennent l'ISS. Quand à l'incident de la dépressurisation, la thèse du vandalisme reste valable.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs