Accueil Société

Vent froid sur les sèche-mains nouvelle génération

Selon une nouvelle étude scientifique, les séchoirs à air pulsé répandraient beaucoup plus fort les bactéries dans l’air que les modèles traditionnels ou le papier. Mais des nuances s’imposent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Avec leur puissant souffle d’air ambiant, ils se targuent de sécher nos mains, après lavage, en dix secondes à peine. Initiés sur le marché de l’hygiène, peu avant 2010, par la firme britannique Dyson et suivies avec plus ou moins de bonheur par la concurrence, les sèche-mains à air pulsé ont fleuri dans de nombreuses toilettes de lieux publics : aéroports, centres commerciaux, complexes de cinéma, chaînes de restauration rapide, etc. Mais voilà qu’une étude scientifique menée par des chercheurs de l’Université de Westminster (Royaume-Uni) et publiée par le Journal of Applied Microbiology jette aujourd’hui le discrédit sur l’hygiène de ces appareils de plus en plus populaires.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs