Accueil

«On utilise un bazooka pour tuer une mouche»

La fraude à la Grapa est marginale. Et l’aide, qui pèse peu dans le budget de la protection sociale, bénéficie essentiellement aux résidents belges et européens.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

La procédure de contrôle des bénéficiaires de la Grapa est lourde : il faut être présent au passage du facteur et, si ce n’est pas le cas après trois visites impromptues, renvoyer dans les cinq jours ouvrables l’attestation prouvant que l’on réside en Belgique. Et il faut signaler au SPF Pensions ses séjours à l’étranger, 29 jours par an au plus.

Cela vise à éviter que des pensionnés ne vivant pas ou plus en Belgique bénéficient de cette aide sociale. Mais est-ce le cas ? Fin 2019, une évaluation a montré qu’en quatre mois, 56.712 personnes ont été contrôlées, rappelle Merlin Gevers. A l’arrivée, 538 sanctions ont été infligées. Soit 0,95 %. » Si l’on ajoute que la Grapa représente 2 % du budget des pensions et 0,55 % de celui de la protection sociale en Belgique, poursuit-il, « on utilise un bazooka pour tuer une mouche ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs