Credit Suisse, secoué par le fiasco Archegos, dans le rouge au 1T

La banque a dû inscrire une charge de 4,4 milliards de francs suisses dans ses comptes pour couvrir les dégâts liés à Archegos, et s'attend à des pertes supplémentaires de 600 millions de francs sur ce fonds au deuxième trimestre, a-t-elle précisé dans un communiqué.

Secouée début mars par la faillite de la société financière Greensill, la banque a essuyé un second choc fin mars lorsque le fonds américain Archegos a fait défaut sur des appels de marges, se trouvant dans l'incapacité de réinjecter de l'argent pour couvrir ses positions sur des produits dérivés, ce qui avait déclenché une vente massive d'actions à Wall Street.

"La perte que nous publions ce trimestre, à cause de cette question, est inacceptable", a déclaré son directeur général, Thomas Gottstein, cité dans le communiqué, insistant sur le fait que la banque a pris des mesures pour redresser la situation.

Dans un communiqué séparé, le numéro deux du secteur bancaire helvétique a annoncé qu'il allait émettre deux emprunts convertibles portant respectivement sur 100 millions et 103 millions d'actions, afin de renforcer ses fonds propres durs, soit le coussin de liquidités que les banques doivent mettre de côté pour assurer leur solvabilité et absorber les chocs.

Son ratio de fonds propres durs, dit CET1, se situait à 12,2% à la fin du premier trimestre, un niveau qui "reste solide" a insisté la banque, qui compte cependant le remonter aux environs de 13% grâce à cette émission d'emprunts convertibles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous