Renault: le chiffre d'affaires du 1T proche de celui de 2020

Le constructeur français avait enregistré un chiffre d'affaires de 12,53 milliards d'euros en 2019, avant la crise, et de 13,2 milliards en 2018.

Le chiffre d'affaires du premier trimestre 2021 a notamment été pénalisé par des effets de changes: à changes comparables, il aurait affiché une croissance de 4,4%.

"Ce début d'année confirme l'impact positif de la politique commerciale du groupe orientée vers la profitabilité", a souligné la direction de Renault dans un communiqué jeudi. "En outre, le groupe progresse sur les canaux de vente les plus rentables".

Avec 665.038 véhicules vendus, les ventes mondiales du groupe (marques Renault, Dacia, Lada, Alpine, Renault Samsung Motors et Jinbei Huasong) sont en hausse de 1,1% par rapport au premier trimestre 2020, marqué sur sa fin par les premiers signes de paralysie du marché, liés aux mesures sanitaires.

Face à un marché de l'automobile qui reste à des niveaux très bas, le constructeur a fortement diminué ses stocks: au 31 mars 2021, ils représentaient 487.000 véhicules contre 661.000 à fin mars 2020, soit une baisse de 26%.

Les ventes de Renault sont en légère hausse au niveau mondial (+1,3%), soutenues par le marché des utilitaires. La marque Dacia a vendu 121.231 véhicules (+10,2%) "grâce au succès du lancement de Nouvelle Sandero et à la bonne tenue des ventes de Duster", souligne le groupe.

Malgré une bonne performance de Lada en Russie, la contribution au chiffre d'affaires du groupe Avtovaz est en baisse de 2,3%, en raison d'un impact négatif des changes.

Ses activités de prêts aux consommateurs pour les aider à financer l'achat des voitures (RCI Bank Services) réalisent un chiffre d'affaires de 759 millions d'euros, en repli de 8,2% sur un an "en raison de la baisse de l'activité réseau et d'un effet de change négatif", indique Renault.

Le groupe avait enregistré au premier semestre 2020 une perte de 7,3 milliards d'euros dans le contexte de la crise du Covid, et sur l'année, ses ventes avaient plongé de 21,3%. Il a accumulé des réserves de liquidités et commencé à appliquer un plan d'économies de plus de 2 milliards d'euros sur trois ans, prévoyant quelque 15.000 suppressions de postes dans le monde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous