Accueil Société

Vaccins: comment le bon élève Pfizer tire profit de sa bonne réputation

Le groupe américain est loué pour sa fiabilité. L’accélération de ses livraisons sauve la campagne de vaccination de nombreux pays. Une excellente réputation qui lui permet d’engranger de nouveaux contrats et d’envisager des hausses de prix.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 7 min

Saint Pfizer, protégez-nous ! Si la campagne de vaccination avance en Belgique et ailleurs en Europe, c’est en bonne partie grâce à lui. Premier à avoir réussi à lancer un vaccin anti-covid sur le marché, le géant américain de la pharmacie continue à faire la course en tête, devenant de plus en plus incontournable. C’est bien simple, Pfizer est devenu en Belgique synonyme de bouée de sauvetage. AstraZeneca revoit pour la énième fois à la baisse ses prévisions de livraisons ? « On compensera avec les hausses annoncées par Pfizer », entend-on du côté de la task force vaccination. Des problèmes se profilent aussi avec le vaccin Johnson&Johnson ? Heureusement, on pourra compter sur les livraisons anticipées des doses Pfizer initialement prévues fin d’année.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

36 Commentaires

  • Posté par Quevit Anne, dimanche 25 avril 2021, 15:53

    Bonjour Monsieur Munster, J'ai lu avec attention votre article à propos de Saint Pfizer. Je m'étonne comme d'autres avant moi qu'aucun relai ne soit fait dans la presse chez nous concernant les méthodes peu reluisantes de Pfizer envers les états. telles qu'elles ressortent des travaux du bureau of investigativ journalisme of London dont je vous communique les références 23.02.21 Une rançon : Pfizer demande aux gouvernements de mettre en gage des biens publics pour obtenir un accord sur un vaccin. Source : The bureau of onvestigative journalism , London https://www.thebureauinvestigates.com/stories/2021-02-23/held-to-ransom-pfizer-demands-governments-gamble-with-state-assets-to-secure-vaccine-deal. Et le 19 avril 2021 Pfizer revient sur les conditions "déraisonnables" de l'accord sur les vaccins en Afrique du Sud https://www.thebureauinvestigates.com/stories/2021-04-19/pfizer-backs-down-over-asset-seizing-clause-in-south-africa-vaccine-deal. Suite à ces articles je me demande à quel chantage l'Europe s'est-elle soumise? J'espère que la rédaction du Soir veillera à nous éclairer à ce sujet.

  • Posté par Molitor marc, samedi 24 avril 2021, 13:56

    Bonjour à vous, je pense que votre article sur Pfizer aurait gagné à évoquer aussi les pratiques de chantage utilisées par Pfizer dans certains pays, comme utilement révélées par le bureau of investigative journalism de Londres. Ces papiers ont déja été mentionnés dans de nombreux pays, mais apparemment pas encore dans les médias belges ( ou alors, je ne les ai pas vus ..) 23.02.21 Une rançon : Pfizer demande aux gouvernements de mettre en gage des biens publics pour obtenir un accord sur un vaccin Source : The bureau of onvestigative journalism , London https://www.thebureauinvestigates.com/stories/2021-02-23/held-to-ransom-pfizer-demands-governments-gamble-with-state-assets-to-secure-vaccine-deal 19 avril 2021 Pfizer revient sur les conditions "déraisonnables" de l'accord sur les vaccins en Afrique du Sud Source : The bureau of onvestigative journalism , London https://www.thebureauinvestigates.com/stories/2021-04-19/pfizer-backs-down-over-asset-seizing-clause-in-south-africa-vaccine-deal Bien à vous Marc Molitor

  • Posté par Carbonnelle Brigitte, samedi 24 avril 2021, 10:15

    Monsieur PIRE Bien d'accord avec vous. La dictature sanitaire s'installe sponsorisée par les big pharmas âpres aux gains faramineux entrevus avec une telle politique. Il ne s'agit plus vraiment de santé mais de business usual. Sinon pourquoi ne pas pousser des traitements simples et peu chers pour traiter la maladie ! Il en existe mais on feint bien de les ignorer.

  • Posté par Carbonnelle Brigitte, samedi 24 avril 2021, 10:09

    Monsieur PIRE Bien d'accord avec vous. La dictature sanitaire s'installe sponsorisée par les big pharmas âpres aux gains faramineux entrevus avec une telle politique. Il ne s'agit plus vraiment de santé mais de business usual. Sinon pourquoi ne pas pousser des traitements simples et peu chers pour traiter la maladie ! Il en existe mais on feint bien de les ignorer.

  • Posté par Hubert Wynands, samedi 24 avril 2021, 9:26

    Merci, mais je passe mon tour.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs