David Goffin contraint à l’abandon à Barcelone: «Je sentais que mon adducteur brûlait»

Photonews
Photonews

David Goffin (ATP 12) était déçu jeudi après avoir été contraint à l’abandon contre le Britannique Cameron Norrie (ATP 58) en huitièmes de finale du tournoi ATP 500 sur terre battue de Barcelone. Blessé à l’adducteur droit, le Liégeois, tête de série N.8 du tableau, 30 ans, a jeté l’éponge alors qu’il menait 5-3 30-30 dans le deuxième set après avoir perdu le premier 6-0.

« J’ai senti une première douleur à la suite à un coup dans le premier set alors que j’essayais de rentrer dans le match », a-t-il raconté. « J’avais des opportunités dans quasiment tous les jeux et je voulais mettre un peu plus d’intensité pour me lancer véritablement. Mon adducteur a un peu tiré, mais je me suis dit que ce n’était rien de grave, juste un mauvais pas en somme. Malheureusement, c’est revenu encore une ou deux fois sur un coup droit sur le côté dans le deuxième set. Je sentais que cela tirait plus et que mon adducteur brûlait. J’ai appelé le docteur, mais en trois minutes, comme ça, il est difficile de poser un diagnostic. Je ne voulais pas non plus prendre un anti-douleur, car cela pouvait faire pis que bien. J’ai donc préféré arrêter les frais. »

David Goffin, du coup, n’aura pas l’occasion de se mesurer à Rafael Nadal (ATP 3), qu’il aurait affronté en quart de finale en cas de victoire. Cela aurait représenté un excellent test pour lui, après une entrée en matière encourageante, la semaine dernière au tournoi ATP Masters 1000 de Monte-Carlo, mais c’était le cadet de ses soucis.

« Même si le match était en train de tourner en ma faveur, je pense que c’était la meilleure décision à prendre », a-t-il poursuivi, « J’aurai encore besoin de mon adducteur pour la suite de la saison sur terre battue. Et puis, si c’est pour jouer contre Rafael Nadal avec un demi-adducteur, cela n’a aucun sens », a-t-il souri.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous