Accueil Société

Le collectif L’Abîme, derrière la fête «la boum 2», a contacté la Sûreté de l’Etat et la ministre Annelies Verlinden

Dans leur mail à la ministre, les représentants de L’Abîme affirment ne pas trouver trace d’une prise de contact sur leurs multiples réseaux sociaux.

Temps de lecture: 2 min

Le collectif L’Abîme, derrière la fête « La Boum 2 » prévue le 1er mai au bois de La Cambre, a appelé mercredi après-midi vers 15h00 la Sûreté de l’Etat et a pris contact par mail jeudi vers 19h00 avec le cabinet de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden. Cette dernière avait affirmé mercredi matin en commission de la Chambre que les autorités belges ne parvenaient pas à entrer en contact avec des représentants du groupe.

Dans leur mail à la ministre, les représentants de L’Abîme affirment ne pas trouver trace d’une prise de contact sur leurs multiples réseaux sociaux.

« La police bruxelloise essaye de contacter les organisateurs pour les décourager d’organiser cet événement le 1er mai », avait expliqué Mme Verlinden en commission.

« Dans la mesure où on respecte les dernières règles sanitaires avec des groupes de 10 en extérieur, je ne vois pas pourquoi on devrait repousser l’événement », réagit jeudi soir un porte-parole du collectif L’Abîme. « Ce principe de fête en extérieur est le premier domino à faire tomber, après le reste suivra à l’extérieur : les terrasses, la culture… Le gouvernement a utilisé la peur avec nous et maintenant ses arguments ne tiennent pas la route scientifiquement. Il n’a aucune raison de nous empêcher de faire cet événement en extérieur au bois de la Cambre. Il pourrait se passer calmement. Après si ça déborde, ce sera justement parce qu’il aura été interdit, parce que c’est un symbole… », ajoute-t-il.

Le 1er avril, une première « Boum », considérée alors comme un canular, avait rassemblé au bois de la Cambre entre 1.500 et 2.000 personnes, selon l’estimation de la police, qui avait fait usage de la force pour disperser les participants. Le collectif L’Abîme a organisé une seconde fête le 2 avril et a repris à son compte le nom « La Boum » du premier événement pour sa nouvelle fête illégale prévue le 1er mai.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par M. G., vendredi 23 avril 2021, 6:18

    @Leborgne Denis lors de la manifestion Black Lives Matter, avait-il des masques ?

  • Posté par Otte Gérard, jeudi 22 avril 2021, 23:58

    Quel abîme abyssal !

  • Posté par massacry olivier, jeudi 22 avril 2021, 23:55

    Mais qu'attendent-ils pour passer du stade de rebellion juvenile à celui d'engagement responsable: Pourquoi ne mettent-ils pas en place un protocole de surveillance sanitaire prouvant que ce type de réunion serait sans danger. Leur serait-il si difficile d'organiser un test grandeur nature, de demander à chacun des participants un test pcr une semaine avant, un test rapide sur place, un autre test pcr 10 jours après, le tout enregistré sur un plateforme sécurisé par eux, le tout évidement dans un esprit d'honnété. Cela demande évidement une organisation, de la volonté et de la responsabilité....

  • Posté par massacry olivier, vendredi 23 avril 2021, 21:45

    Leborgne, je ne savais pas que dans les transport en commun le masque n'était plus obligatoire, que les gens s'embrassasaient, qu'ils buvaient en même goulot, qu'ils chantaient, ect, car ce sont de ses comportements là qu'ils seraient question de vérifier/invérifier leur caractère inoffensif. Et là je ne pense pas qu'll y ait eu de véritable études. Par contre sur vous analyser les chiffres publiés par Sciensano pour les deux avant dernières semaines, vous constaterez que le seul groupe d'âge pour lequel la contamination progresse ce sont les jeunes. Mais bon je dois être parano pour me poser ces questions.

  • Posté par Otte Gérard, vendredi 23 avril 2021, 0:22

    Pq pas, et en comparaison avec un groupe témoin tiré au sort échantillonné sur base statistique isolé du risque, à l'instar d'initiatives similaires venant des milieux évènementiels qui se dessinent dans le pays. Cela ajouterait quelque crédit scientifique à cette initiative. Mais, comme vous dites, c'est complexe à mettre en œuvre.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko