Le Centre de crise met en garde: «Depuis 29 jours, les soins intensifs travaillent à 130% de leur capacité»

Nous tenons à nous concentrer exclusivement sur les chiffres dans les hôpitaux et nous avons de bonnes raisons de le faire car cette situation est actuellement précaire », a commencé Yves Stevens lors de la conférence de presse du Centre de crise, ce vendredi matin. « Donner les soins dont chacun a besoin est un véritable défi au quotidien. »

« La situation dans les hôpitaux belges est très fragile, on l’a vu dans la nuit de dimanche à lundi lors de l’incendie à Anderlecht, il n’y avait plus qu’un lit en soins intensifs à Bruxelles de disponible, cela démontre que la situation devient difficile », a expliqué Marcel Van der Auwera, chef de service Aide Urgente au SPF santé publique.

Les hôpitaux sont toujours sous pression. Actuellement, 910 patients sont traités en soins intensifs. «  La situation des soins intensifs est devenue un casse-tête », selon Marcel Van der Auwera, non seulement en raison des équipements spécifiques à ces unités mais surtout du personnel soignant spécialisé. Pour garantir les soins pour un lit en soins intensifs, 24h/24h, 7 jours par semaine, 3 infirmiers ou infirmières spécialisés sont nécessaires.

« Depuis 29 jours les soins intensifs travaillent à 130 % de leur capacité », a-t-il expliqué. « Depuis le mois de mai, les unités de soins intensifs fonctionnent à 110 % de leur capacité normale. A 3 reprises, les unités de soins intensifs ont été soumises à un ‘stress test’. Une période durant laquelle le personnel des soins intensifs a dû travailler à plus de 130 % de sa capacité. En avril 2020 cette période a duré 11 jours. En novembre 2020, cette période a duré 28 jours. Depuis la fin mars, nous demandons encore à nos soins intensifs de travailler à ce rythme-là et cela risque de persévérer encore 2 voire 3 semaines. Le personnel est épuisé et est poussé bien au-delà de ses limites. »

Les hospitalisations repassent tout juste sous la barre des 3.000

Entre le 16 et le 22 avril, il y a eu en moyenne 240,1 admissions à l’hôpital chaque jour pour cause de coronavirus, soit un chiffre stable par rapport à la période de référence précédente, selon les chiffres de l’Institut de santé publique Sciensano mis à jour vendredi matin. Au total, 2.989 personnes sont encore hospitalisées en raison du covid (-1 %), dont 910 patients traités en soins intensifs (-2 %).

Entre le 13 et le 19 avril, 3.578 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour (-8 %). Depuis le début de la pandémie en Belgique, 964.526 cas d’infection par le coronavirus ont été diagnostiqués.

Sur la même période, 39,6 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus (-2,5 %), portant le bilan à 23.909 morts depuis le début de la pandémie en Belgique.

Quelque 40.500 tests en moyenne ont également été effectués quotidiennement (-7 %), pour un taux de positivité de 9,7 %.

Le taux de reproduction du virus est à 1,01. Lorsqu’il est supérieur à 1, cet indicateur signifie que l’épidémie tend à s’accélérer.

L’incidence, qui renseigne le nombre moyen de nouveaux cas journaliers pour 100.000 habitants, atteint 454,7 sur 14 jours.

Enfin, 2.469.557 personnes ont reçu une première dose de vaccin jusqu’à présent, ce qui représente 26,9 % de la population adulte. Près de 727.972 personnes bénéficient en outre d’une protection vaccinale complète avec une seconde dose administrée, soit 7,9 % de la population adulte.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous