Accueil Monde

Bourde bien gérée, à moitié pardonnée

Dans les relations diplomatiques, les bourdes sont légion. Gérées avec élégance, elles ont d’ailleurs tendance à faire briller.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 7 min

Le Sofagate et son aspect « maladresse protocolaire » n’est pas qu’« un épiphénomène de la bulle bruxelloise », estime-t-on dans les cercles européens. Le protocole, ce n’est pas « qu’une apparence, c’est un prisme grossissant. C’est comme la loupe qui va éclairer les relations très brutales en diplomatie, cela donne à voir la politique dans ce qu’elle a de plus violent, même quand c’est non intentionnel », nous explique François Foret, professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles.

L’exemple le plus célèbre reste sûrement la visite de la chancelière allemande Angela Merkel en Russie, en janvier 2007, quand Vladimir Poutine, président russe, l’a accueillie avec son énorme labrador alors qu’il était de notoriété publique qu’elle n’est pas à l’aise en présence de chiens.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Analyse La migration revient hanter le «partenariat» entre l’Europe et l’Afrique

Europe et Afrique se mettent à table pour recalibrer leurs relations. Les Européens sont concurrencés par d’autres acteurs sur le continent africain. Lequel reste leur priorité. Avec le défi migratoire en tête des préoccupations. Mais aussi le covid, la sécurité, les enjeux socio-économiques. Agenda chargé pour la deuxième réunion ministérielle Union européenne – Union africaine, ce mardi à Kigali.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs