Accueil

Un jackpot pour boucher les trous

Durement frappés par la pandémie et très endettés, les clubs frondeurs comptaient sur la Super League pour se remettre à flots.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

It’s all about the money » dit la chanson. Ce n’est qu’une question d’argent. Il ne faut rien voir d’autre dans la tentative de création d’une Super League européenne de football. Cette compétition promettait le pactole aux clubs qui y prendraient part. Et un pactole récurrent encore bien, dans la mesure où les douze membres fondateurs (auxquels auraient dû se joindre trois clubs supplémentaires) auraient été assurés d’y participer chaque année quels que soient leurs résultats dans leurs championnats nationaux. Pour l’heure, l’actuelle Ligue des Champions rapporte un chèque de l’ordre de 50 à 80 millions (dépendant en partie du coefficient UEFA établi en fonction des résultats des années précédentes) en atteignant les huitièmes de finale, d’environ 90 millions pour les quarts, entre 100 et 110 millions pour les demis et entre 115 et 130 millions pour le finaliste et le vainqueur.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs