Accueil Culture Scènes

La grande déception de la culture après le Comité de concertation

Pour le spectacle vivant, il n’y a pas de quoi sauter de joie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Un 8 mai à 50 personnes maximum en extérieur, la perspective pour juin de rassemblements jusqu’à 200 personnes tant en extérieur qu’en intérieur (mais sous les 75 % de jauge et dans les établissements obtenant un certificat Cirm), et aucune perspective sur juillet et août : il n’y a pas de quoi sauter de joie. « Une occasion manquée », dira la ministre de la culture Bénédicte Linard (Ecolo) sur les ondes de la RTBF. Les artistes (Upac-T) parlent de « choc » et de « fureur ». La Fédération des employeurs des arts de la scène (Feas) se dit « très déçue », les « incertitudes (liées à la situation sanitaire) sont maintenues », ce qui signifie notamment que les opérateurs de l’été (festivals et autre) vont être contraints d’annuler des événements sans pouvoir invoquer une décision gouvernementale – car il n’y a ni interdiction ni autorisation pour l’été, juste le flou.

Alors, grosse colère ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Charette Alain, samedi 24 avril 2021, 14:43

    consequences de vos OUI OUI AMEN et de pleurnicher la culture n as pas un puissant syndicat

  • Posté par Chalet Alain, samedi 24 avril 2021, 12:15

    La "culture" qui se plaint aujourd'hui n'est plus qu'une immense poubelle. Espérons que cette crise y fasse un peu de nettoyage.

  • Posté par Durieux Karine, samedi 24 avril 2021, 12:05

    Le problème, c'est que le terme "culture" représente tellement de choses différentes... Du concert intimiste donné par un seul musicien à la grosse machine commerciale des festivals, il y a tant de nuances et si je ne comprends pas pourquoi les premiers n'ont pas été autorisé, avec mesures sanitaires, je ne vois pas de possibilités actuelles pour les autres. Tout est jeu d'influence, et ici clairement l'horeca a gagné la bataille, la culture et l'école ont perdu. Maintenant, si les ministres de la culture ont pu croire une seconde à un plan proposant "à partir du 1er août des activités extérieurs de 5000 personnes sans masques ni distanciation", n'ont-ils pas été naïfs ou irresponsables? Venir maintenant se plaindre qu'il n'y ait pas de perspectives, alors qu'il me semble que des balises ont été fixées, je trouve que c'est bien léger...

  • Posté par Lambert Louis, samedi 24 avril 2021, 10:49

    Ce qu'on appelle "culture" de nos jours, c'est 1. des œuvres anciennes qu'on maltraite sous prétexte de "renouveau" comme le Don Juan de Mozart qu'on fait jouer par des acteurs tout nus 2. des pièces de théâtre dont les auteurs, tous gauchistes, essayent de nous faire croire que nous vivons dans une épouvantable tyrannie policière, que nous devons payer (dans tous les sens du terme) pour le colonialisme, l'esclavagisme, etc. 3. des rassemblements style Tomorrowland qui sont des orgies d'alcool, de drogue et de sexe. Et c'est pour ça qu'il faudrait prendre des risques sanitaires et leur donner des subventions ? Non, pour moi, ils peuvent tous rester fermés, je ne m'en porterai pas plus mal. Au contraire.

  • Posté par Surmont Willy, samedi 24 avril 2021, 9:30

    On a beau consulter le dictionnaire quand on parle de culture il est question de spectacles, théâtre, concerts,cinéma, musées, bref, c'est toujours une question d'enrichissement de l'esprit et d'élévation de ses connaissances. Par contre, ce terme est trop souvent associé à des rassemblents de masse dans un bruit dépassant 120 dB et qui diffuse ses nuisances sonores dans un rayon de plus de 10 km, au mépris des riverains et autres habitants qui pour la circonstance se sauvent de chez eux tant ce tumulte est envahissant et rend fou! J'ai pas mal de connaissances de la région de Boom qui fuient de chez eux tant ce phénomène est insupportable. Et le plus grave, c'est que les participants ne sont même pas de la région! C'est de l'envahissement! Culture, oui, absolument, mais pas ce genre de décadence qui n'y apporte rien que du bruit gratuit, de l'alcoolisme et de la drogue la plupart du temps! Si c'est ça de la culture, nous sommes tombés bien bas ou alors que l'on dise ouvertement ''anticulture '' et non l'inverse!

Plus de commentaires

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs