Accueil Monde France

Une policière tuée lors d’un attentat à Rambouillet: ce que l’on sait

Les faits se sont produits vers 14H20 dans le sas du commissariat. La fonctionnaire administrative, âgée de 48 ans, rentrait de sa pause déjeuner quand l’assaillant lui a porté deux coups de couteau à la gorge, d’après les premiers éléments de l’enquête.

Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 2 min

Elle avait 49 ans. Elle avait deux enfants. Elle était agente administrative dans la police. Et c’est pour cela qu’elle a été tuée. Elle a succombé vendredi en début d’après-midi à ses blessures au commissariat de Rambouillet, dans les Yvelines (ouest de Paris). C’est là qu’elle avait été poignardée à la gorge par un assaillant qui l’avait suivie alors qu’elle entrait, en civil, dans le sas du bâtiment après sa pause déjeuner. L’homme a été tué par des tirs de riposte.

Le parquet antiterroriste a été saisi dans les heures qui ont suivi. C’est le mode opératoire et le fait que l’assaillant ait crié « Allah Akbar » qui ont motivé cette saisine, selon le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard. Le terroriste avait, semble-t-il, effectué des repérages dans ce commissariat d’un quartier tranquille avant de passer à l’acte.

Le département des Yvelines a déjà été durement frappé. C’est là, à Conflans-Sainte-Honorine, que Samuel Paty avait été décapité en octobre dernier parce que ce professeur d’histoire-géo avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression. Là aussi qu’un couple de policiers avait été égorgé en 2016, à Magnanville. L’homme et la femme étaient chez eux, avec leur jeune fils, quand un terroriste était entré et les avait égorgés. Il s’était revendiqué de l’organisation Etat islamique.

Le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ainsi que la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse se sont rendus à Rambouillet. Sur Twitter, Emmanuel Macron a répété sa détermination : « Du combat engagé contre le terrorisme, nous ne céderons rien. »

Selon les premiers éléments de l’enquête, le terroriste est un ressortissant tunisien de 36 ans, inconnu jusqu’alors des services de police et des renseignements.

Il était arrivé en situation irrégulière en 2009 et avait été régularisé récemment. Principale adversaire d’Emmanuel Macron avant la présidentielle de l’an prochain, Marine Le Pen a aussitôt réagi : « Il faut arrêter de régulariser les clandestins. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, samedi 24 avril 2021, 16:53

    Je sais que je suis con, mais je ne parviens toujours pas à comprendre pourquoi on ne neutralise pas un agresseur d'un tir dans les jambes. Au moins, on peut interroger, puis poursuivre en justice un assaillant. Je pense ici à Salah Abdeslam.

  • Posté par Chalet Alain, samedi 24 avril 2021, 12:07

    Ouf, c'est pas un féminicide.

  • Posté par Poullet Albert, samedi 24 avril 2021, 9:35

    Pas de généralisation svp... il faut combattre le terrorisme islamiste mais pas les musulmans intégrés. Quand on attrape Dutroux, personne ne dit que tout les Belge sont des Dutroux je crois...

  • Posté par LIENARD NORBERT, samedi 24 avril 2021, 9:20

    Mais à part cela c est Lepen le danger ,pfff

  • Posté par Poullet Albert, samedi 24 avril 2021, 9:38

    C'est un autre danger, oui, d'un autre genre ! Qui porte également des formes de radicalité insupportable et des promesses d'un autre temps !

Plus de commentaires

Aussi en France

France: du changement dans les péages

Le péage « flux libre » – sans arrêt, ni ralentissement – se répand pourtant un peu partout dans le monde. En France, il en est à ses balbutiements.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs