Accueil Société

Un plan pour combattre la précarité étudiante

Gros défi pour l’Ares ce lundi : trouver un consensus sur la prise en charge structurelle de la précarité. Entre les revendications étudiantes et les moyens disponibles, il y a comme un abîme.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 6 min

Le phénomène est discret mais sûr. Et rampant. Et, surtout, boosté par la crise covid. Le phénomène en question, c’est la précarité étudiante. Celle qui incite une partie de la jeunesse à frapper à la porte des CPAS, à solliciter les services sociaux des établissements d’enseignement supérieur, à se glisser dans la file de distribution de colis alimentaires, à s’adonner, parfois, à des activités limites… Une étude réalisée par un bureau indépendant (BDO) estimait en 2019 que 36 % des étudiants étaient dans un état de « précarité objective ». Tout en précisant : « la précarité doit être considérée comme un facteur de risque de pauvreté. La notion de “risque” a toute son importance car, bien que la probabilité de basculer dans un état de pauvreté augmente au fil du processus de précarisation, une situation de précarité n’implique pas automatiquement une situation de pauvreté ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Celentin-Cartilier Michelle, lundi 26 avril 2021, 13:58

    Précarité des étudiants???!!! Et le rôle des parents??? Une démission de plus???

  • Posté par Gabriel Jacqueline, lundi 26 avril 2021, 22:27

    Celentin Michèle: C'est le rôle des parents d'assurer les études des leurs enfants, mais... avez-vous pensé aux parents ayant une situation précaire ou tout simplement aux parents isolés? Leurs enfants paieront aussi votre pension, vos soins de santé etc... C'est cela la solidarité entre les générations.

  • Posté par Vynckier Albert, lundi 26 avril 2021, 9:30

    dans le système le plus puissant du monde c'est-à-dire nord américain, l'université reproduit les inégalités car les parents riches envoient leurs enfants dans les universités les mieux côtés et ensuite ce sont eux qui accèdent aux métiers les mieux payés...

  • Posté par Vynckier Albert, lundi 26 avril 2021, 18:33

    veuillez m'excuser, je ne comprends pas la position que vous défendez?

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 26 avril 2021, 13:17

    Essayez de voir la proportion d'enfants d'ouvriers dans les universités belges... on en reparle après.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs