Le coach du Standard Mbaye Leye explique pourquoi il portait une écharpe du club lors de la finale: «Il faut toujours penser aux supporters»

SOCCER BELGIAN CUP FINAL KRC GENK VS STANDARD DE LIEGE

Mbaye Leye, quelle est votre analyse du match ?

En première mi-temps, on a vu un match équilibré. On est entré dans la deuxième période sans cette même optique, mais le but change un peu la donne, parce qu’on a été obligé de beaucoup sortir. Genk avait de bonnes individualités, qui étaient dans un bon jour. On a tout donné et tout fait pour égaliser, mais en finale il y a toujours un perdant. Cela étant, je suis fier de mes joueurs, qui ont livré une bonne prestation, avec une bonne organisation, et n’ont jamais refusé le jeu.

Le Standard prend le premier but suite à une perte de balle de Siquet. L’histoire s’est donc répétée puisqu’en championnat, c’est une faute de Raskin qui avait remis l’équipe limbourgeoise dans le match…

Je n’en veux pas à des garçons qui ont déjà tellement apporté, et donc certainement pas à Hugo qui est notre meilleur donneur d’assists et qui a fait la différence à plusieurs reprises lorsqu’on était en difficulté. Il ne faut pas être naïf : j’ai une équipe avec beaucoup de jeunes joueurs et il faut accepter qu’ils fassent des erreurs à des moments cruciaux. Je suis content de tout le monde et je suis sûr que ces jeunes joueurs gagneront des trophées car ils ont des qualités pour le faire. Ils ont tout mis en œuvre pour remporter cette finale, mais cette équipe de Genk était ce soir (dimanche soir) un peu meilleure que nous.

Vous dites que vous n’avez rien à reprocher à vos joueurs, mais n’attendiez-vous pas plus d’impact sur le plan offensif, plus d’occasions ?

J’aurais aimé avoir plus d’efficacité en transition, mais derrière, Genk a fait le boulot. Ce qu’on pouvait faire mieux, c’est être plus saignant dans les un contre un car le match s’est décidé là dessus. Inutile de présenter Ito et Bongonda ! On est dans une année difficile, une année d’apprentissage, avec beaucoup de jeunes en place, mais si on a perdu, ce n’est pas à cause de ça, mais parce qu’on est tombé sur une équipe qui offensivement nous a fait mal.

Vous connaissez Théo Bongonda, qui vous a fait très mal. Qu’en pensez-vous ?

Je l’ai connu quand il a débuté. C’est dommage qu’il n’ait pas encore sa chance en équipe nationale parce qu’il le mériterait. C’est un chouette type, un bon garçon. J’aurais aimé l’avoir dans mon groupe.

Le Standard peut encore décrocher un ticket européen via les Playoffs 2. Sera-ce facile de remobiliser tout le monde en l’espace d’une semaine ?

Il n’y a pas plus évident quand on vit une saison de merde et qu’on a perdu la Coupe. Les gens qui me connaissent un peu, avec mon caractère, savent qu’il n’y aura pas répit. Même si on avait gagné la Coupe, on aurait joué le coup à fond en Playoffs 2. Mes joueurs ont encore envie de faire quelque chose pour sauver cette saison. Peut-être n’y arriverons-nous pas, c’est la loi du football, mais on jouera tous les matches à 100 %.

Vous avez perdu Bokadi sur blessure. Et désormais Sissako qui sera suspendu pour commencer les Playoffs 2. Vous acceptez son geste de frustration ?

Quand tu fais cette faute-là et que l’arbitre vient de donner trois minutes d’arrêt de jeu, ça tue le match. On aurait pu l’éviter, ce n’était pas dangereux en reconversion sur le côté. J’essaye toujours de comprendre mes joueurs, même si je peux parfois être très dur avec eux. Cette carte rouge n’aura aucun effet sur l’analyse que je vais faire du match.

On vous a vu avec une écharpe du Standard autour du cou. Pourquoi ?

Il faut toujours penser aux supporters, qui me l’ont offerte. Ils sont venus nous voir vendredi, samedi et dimanche encore à l’hôtel et il fallait avoir une pensée pour eux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous