Accueil Opinions Chroniques

La chronique «Alternatives»: La Super League de foot révélatrice d’une hyper dérive du capitalisme

Le projet (avorté) de Super League de football symbolise toutes les dérives d’un ultracapitalisme débridé que l’on croyait pourtant guéri de ses excès révélés par la crise de 2008.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Rien ne serait plus comme avant, disait-on. Retour en force de l’Etat, des secteurs privés entiers placés sous sa tutelle financière : le néolibéralisme était mort et enterré !

On a vu… Il faut souvent un acte symbolique pour témoigner de la réalité d’une mutation. La prise de la Bastille ou les attentats du World Trade Center à New York.

Or, si elle avait réussi (mais a-t-elle vraiment échoué ?) l’affaire de la Super League de football eut été presque du même ordre.

Elle aurait signifié quoi, en effet ? Tout simplement que la logique capitaliste pure, émancipée de toute entrave morale, libérée des valeurs que véhiculait le libéralisme originel, débarrassée des principes qui l’humanisaient encore, que la logique de jungle, en quelque sorte, aurait définitivement triomphé.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par de pauwer agathe, mardi 27 avril 2021, 17:43

    « Une équipe de quatrième catégorie peut espérer accéder un jour à la première catégorie. » Ben voyons ! C'est en propageant de tels mensonges que le capitalisme continue à faire rêver le plébéien américain qui y croit naïvement. La vérité est que plus une société est capitaliste, c-à-d. individualiste et obsédée par l'argent, moins il y a d'ascenseur social. Les sociétés communistes sont beaucoup plus performantes sur ce critère. Les médias vont mettre en exergue le self-made-thief, faussant la perception statistique des millions qui n'ont PAS gagné le gros lot. Idem en sport. Depuis quand une équipe de 3e division s'est-elle hissée en 1ère ? - - - La vraie question est comment séparer l'aspect sportif (incertitude, mérite, fairplay,... amateurisme donc) de l'aspect spectacle (pas de relégation, pas même de compétition) et financier (besoin de certitude, comportements prédateurs et monopolistiques). Prenez le catch : ils ont éliminé la compétition pour privilégier le spectacle. Idem la danse, la gym, le patinage ; le tennis, les échecs, la voile : il y a des podiums mais pas de relégation. En cyclisme, ce sont toujours les mêmes équipes financières, elles engagent aussi des 'joueurs' vedettes à prix d'or.

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 28 avril 2021, 10:53

    Ben oui, il existe encore de vieux esprits délabrés qui sont en faveur du communisme. Dire que certains veulent supprimer les cours d'histoire... ce sont sans doute les mêmes.

  • Posté par de pauwer agathe, mardi 27 avril 2021, 18:08

    J'irai même un pas plus loin : séparer le pan sportif du pan compétition. Le sportif étant ce qui concerne le développement musculaire et mental, la beauté du geste – individuel ou collectif –, le dépassement de soi (et donc, oui, une émulation nécessaire). On organise des compétitions, courses ou tournois, mais uniquement, 1- pour concrétiser cette émulation, 2- pour donner du gruau aux "supporters" ventripotents qui ne savent pas identifier le beau geste et ne peuvent attacher leur satisfaction qu'à un classement. Mais c'est cet aspect qui rapporte, donc qui crée l'antijeu, le dopage, etc., autrement dit tout ce qui contredit le sport !

  • Posté par Chalet Alain, mardi 27 avril 2021, 17:12

    Honnêtement, c'est moins dangereux qu'un putsch bolchevique NON-inversé. En fait, l'idéal serait de nous débarrasser complétement de ce football à grand spectacle qui envahit bien trop nos médias et n'en relève franchement pas le niveau. Mais si le peuple veut payer pour voir ça, il n'a que ce qu'il mérite et ce n'est pas le capitalisme qu'il faut accuser.

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 28 avril 2021, 10:48

    pauwer agathe = pro-communiste ?

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica sur l’ouverture du droit et de la justice: où en est-on? Où va-t-on?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : si la France commence à digitaliser ses décisions de justice, la Belgique est à la traîne. Pourtant, depuis 2007, la banque de données juriDict offre un accès gratuit et ouvert à la jurisprudence du Conseil d’Etat, en ayant recours à des logiciels libres qui garantissent l’indépendance de la juridiction vis-à-vis des tiers. Cet exemple illustre quelques enjeux essentiels pour nos démocraties.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs