Accueil Culture Livres

Anne Besson ou le pouvoir de l’imaginaire

« Les pouvoirs de l’enchantement » montre les usages politiques de la fantasy et de la science-fiction.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 1 min

Des manifestants qui reprennent les trois doigts levés de la révolte de Hunger Games, des pancartes détournant la devise des Stark dans Game of Thrones, « Winter is not coming », une association d’étudiants qui s’appelle L’armée de Dumbledore, référence à Harry Potter, des militants peinturlurés de bleu vif comme dans Avatar, la cornette de la Servante écarlate coiffant des fémininistes… Les littératures de l’imaginaire, science-fiction, fantasy, fantastique, sont utilisées à des fins politiques. Bien davantage que des moyens d’évasion, elles sont devenues un creuset de mobilisation civique.

Anne Besson, grande spécialiste de ce genre littéraire, montre le pouvoir politique de ces fictions, découlant de leur capacité à parler d’ici et de maintenant plutôt que d’ailleurs et demain. Une analyse pertinente.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs