Schild & Vrienden: la Chambre du conseil de Gand reporte indéfiniment l’affaire après une demande d’enquête complémentaire

Le député Dries Van Langenhove, fondateur de Schild & Vrienden.
Le député Dries Van Langenhove, fondateur de Schild & Vrienden. - Photo News

La chambre du conseil de Gand a reporté indéfiniment, lundi, l’affaire Schild & Vrienden, dans laquelle le parquet demande le renvoi du député Dries Van Langenhove, fondateur de ce mouvement extrémiste, et de huit autres membres du groupe. M. Van Langenhove, désormais également assisté de l’avocat Hans Rieder, a demandé un complément d’enquête la semaine dernière, compte tenu de la décision de la juge d’instruction Annemie Serlippens de se retirer après une requête en récusation.

Le parquet de Flandre orientale avait ouvert une enquête pénale à la suite d’un reportage de Pano diffusé le 5 septembre 2018 qui montrait des groupes de discussion secrets de Schild & Vrienden dans lesquels des messages racistes, antisémites et sexistes étaient échangés.

Van Langenhove nie et espère un acquittement

En juin 2019, M. Van Langenhove avait été officiellement placé sous surveillance. Le fondateur de Schild Vrienden avait été libéré sous certaines conditions, notamment celle d’assister à une visite de la caserne Dossin à Malines. Entre-temps, M. Van Langenhove était élu au parlement sur une liste du Vlaams Belang. En mars, la Chambre a levé son immunité parlementaire, suivant l’avis de la commission des Poursuites. Dries Van Langenhove a toujours nié les accusations et dit espérer un acquittement dans l’affaire Schild & Vrienden.

Il doit notamment répondre d’infractions à la loi sur le racisme, car il aurait incité à la discrimination ou à la haine et aurait diffusé des idées fondées sur une prétendue supériorité ou une haine raciale. Pour huit autres «membres principaux présumés de Schild & Vrienden», le parquet demande le renvoi pour des violations des lois sur le racisme et le négationnisme.

C’est la chambre du conseil de Gand qui décidera si Dries Van Langenhove et les autres suspects seront renvoyés devant un tribunal correctionnel. Cependant, le principal intéressé a soumis une demande d’enquête complémentaire à la dernière minute.

Cette dernière fait suite à la décision de la juge d’instruction Annemie Serlippens de se retirer après la requête en récusation de M. Van Langenhove. Un nouveau juge d’instruction a alors été désigné et c’est lui qui doit à présent déterminer s’il y aura un complément d’enquête. Si celle-ci n’est pas accordée, la défense pourra encore faire appel devant la chambre des mises en accusation de Gand.

L’UGent se porte partie civile dans l’affaire

Par ailleurs, l’Université de Gand (UGent) s’est constituée partie civile dans l’affaire Schild & Vrienden. L’institution a confirmé lundi avoir saisi la chambre du conseil.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous