Accueil

Des subsides scrutés de près

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 2 min

Le fait que BPS se retrouve désormais à jongler avec les deniers destinés aux différents acteurs de la chaîne de sécurité et de prévention bruxelloise ne vient pas forcément calmer les ardeurs des plus méfiants vis-à-vis de la montée en puissance de ce nouvel acteur. Alors que près de 75 % du budget entrant dans BPS en ressort sous forme de subsides attribués aux zones de police, à d’autres organismes régionaux, ou encore à des associations privées, certains observent la situation avec suspicion. Récemment, Vincent de Wolf, bourgmestre d’Etterbeek, faisait ainsi grand cas du fait qu’une subvention de 5,5 millions d’euros avait transité de BPS vers une ASBL chargée d’encadrer la construction d’un futur centre de prise en charge pour usagers de drogues (Transit ASBL). Un subside alloué à partir d’une manne fédérale théoriquement dévolue aux zones de police, le fond « sommets européens », tançait le libéral. Une polémique montée en épingle ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs