Accueil Opinions Chroniques

«Je dirais même plus»: un moment d’égarement

Quand les cours suprêmes zigzaguent ou se contredisent, elles donnent la fâcheuse impression de jouer à pile ou face selon les parties en cause.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 3 min

On pense à tort que les cours suprêmes (nos cours constitutionnelle et de cassation par exemple) sont des tours d’ivoire occupées par des êtres sans émotion qui ne connaissent du droit que des règles abstraites, des juges distants qui appliquent la loi sans mettre la main dans le cambouis, sans avoir égard aux faits, au contenu des affaires qui leur sont soumises, aux parties en litige.

Pourtant, les grands arrêts de la cour suprême des Etats-Unis illustrent depuis longtemps le rôle politique de l’élite des juges. On leur doit la libéralisation de l’avortement ou la lutte contre la ségrégation raciale. Et l’on comprend l’inquiétude de beaucoup d’Américains après les nominations faites par le président Trump qui pourraient entraîner de dramatiques revirements de jurisprudence.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Dentin Jean, vendredi 30 avril 2021, 9:34

    100% d'accord. Les juges font de plus en plus de politique, sans en assumer aucune responsabilité: ils ne sont pas élus, ni punissables devant une cour. Si une femme noire avait été défenestrée par un fasciste blanc et drogué, le jugement eut été différent. Deux poids deux mesures.

  • Posté par DENIS JEAN, jeudi 29 avril 2021, 19:36

    Avez-vous eu en main tous les éléments du dossier médical? Piste de réflexion gratuite: que penser des effets secondaires éventuels (je pense au Prozac, objet de controverses à une certaine époque) qui pourraient pousser le patient à des violences contre lui-même ou contre autrui? Il s'agit d'une médication... Quand la justice descend dans la rue...Heureux les quidams qui se font une opinion après quelques heures de réflexions...passionnelles.

  • Posté par Lombard Fernande, samedi 1 mai 2021, 15:59

    Un jour, la justice sera donnée par l'IA. Reconnaissons que cela ne devrait pas être pire...

  • Posté par MORNARD PASCAL, jeudi 29 avril 2021, 15:20

    Cet article ne veut strictement rien dire !

  • Posté par Monsieur Alain, vendredi 30 avril 2021, 7:18

    Ben oui - peu clair - non étayé - on pourrait lire chaque phrase séparément et dans le désordre que ça ne changerait pas grand chose - juste un billet d'humeur du jour - pas terrible.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica sur l’ouverture du droit et de la justice: où en est-on? Où va-t-on?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : si la France commence à digitaliser ses décisions de justice, la Belgique est à la traîne. Pourtant, depuis 2007, la banque de données juriDict offre un accès gratuit et ouvert à la jurisprudence du Conseil d’Etat, en ayant recours à des logiciels libres qui garantissent l’indépendance de la juridiction vis-à-vis des tiers. Cet exemple illustre quelques enjeux essentiels pour nos démocraties.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs