Accueil Belgique

On m’a dit: «Portez plainte ou démissionnez»

Des cadres blancs, des employés d’origine étrangère condamnés à rester au bas de l’échelle, des tâches non rémunérées… Ralia Sammoudi a travaillé pendant trente ans dans une entreprise où le racisme était structurel. Exploitée, harcelée, elle raconte.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Jusqu’il y a quelques semaines encore, Ralia travaillait pour une entreprise de restauration de collectivité à Bruxelles. Elle y est restée près de trente ans. Elle s’y est battue contre le racisme structurel pendant une quinzaine d’années. Depuis ce moment où elle a « vraiment pris une claque », comme elle dit.

« On m’a proposé d’évoluer, de former du personnel, d’avoir un poste à responsabilités et une augmentation salariale », raconte la quinquagénaire. « J’étais passionnée par ce que je faisais, je me suis donc donnée à 150 %, j’ai commencé à bosser douze heures par jour, sans être payée davantage. Au bout de quatre semaines, comme je ne voyais toujours rien arriver, j’ai été trouver mon manager qui m’a dit qu’il n’y avait pas le budget. J’ai choisi de faire un pas de côté et de reprendre ma place comme simple caissière. Il n’a pas apprécié que je refuse de continuer à faire l’esclave gratuitement. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs