Accueil Belgique Politique

Projet de loi pandémie: l’opposition ne veut pas d’un vote en plénière jeudi

Les débats sur le projet de loi pandémie ont commencé en commission à la Chambre. La ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, « espère » un vote en plénière jeudi. L’opposition freine : trop vite, il faut donner du temps aux échanges parlementaires.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Signé Annelies Verlinden, ministre de l’Intérieur, le projet de loi pandémie a atterri au Parlement ce mercredi après-midi. Il est traité en urgence. Les premiers échanges ont lieu en commission (de l’Intérieur). Les représentants de la majorité (Open VLD, MR, Vooruit, PS, Groen, Ecolo, CD&V) ont souhaité que le débat général ait lieu sans tarder. Ceux de l’opposition (CDH, Défi, PTB, N-VA) ont fait part de leur crainte : voir la Vivaldi tenter de passer en force, avec un vote en commission ce jour, et un vote en assemblée plénière jeudi, pour boucler le dossier. L’on sait que c’est le souhait, « l’espoir » nous confiait-on, de la ministre de l’Intérieur : voir le texte être adopté dès ce jeudi au Parlement fédéral. Pour la majorité, Denis Ducarme (MR) a rassuré ce mercredi après-midi en commission : « Il n’y a pas la volonté d’accoucher aux forceps d’une disposition de cette importance »… On en reste là. Les débats peuvent commencer. Au centre, donc : le projet de loi Verlinden. Mais aussi : des propositions alternatives déposées par François De Smet (Défi) et Vanessa Matz (CDH), estimant que le texte gouvernemental fait la part trop belle à l’exécutif, au détriment du Parlement, relégué au second plan, dans la gestion de la pandémie, et de toute présumée future crise comparable.

Pour rappel : le projet de loi pandémie a pour effet non négligeable de répondre aux objections du tribunal de première instance de Bruxelles qui, le 30 mars dernier, avait jugé que les arrêtés ministériels sur la base desquels le gouvernement opère dans la gestion de la crise covid depuis un an n’offrent pas une base juridique suffisante. Précisément, la loi pandémie doit permettre de valider les mesures prises, cette fois de façon incontestable.

À lire aussi Confinement, restrictions des libertés: une loi pandémie pour valider l’arsenal anti-covid À lire aussi Le projet de loi Pandémie: nouvelle copie, même philosophie

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par Debersaques Bart, samedi 1 mai 2021, 13:13

    Si je comprend bien, certains membres de l’opposition veulent que la constitution soit respecté, une qualité a applaudir qu'on ne voit pas chez les ministres. Les ministres on pourtant jurée de respecter la constitution quand ils ont prêté serment. Les ministres qui poussent et supportent des lois ne pas respectant pas la constitutions devraient démissionner.

  • Posté par Cassesdufliques Jean, jeudi 29 avril 2021, 1:45

    Une fois de plus, le gouvernement bénéficie de 18 jours de plus pour ne pas respecter la loi. Et une fois de plus, il veut faire passer une loi pandémie au lieu d'une loi Covid, grande différence. Et fois de plus, ils vont s'arranger pour voter rapidement une loi qui va justifier après le non respect de la loi. C'est comme si je me fais flasher à 180 km/h sur autoroute et je vote une loi qui dit que je pouvais le faire grâce à cette loi rétroactive. J'ai 55 ans et je suis ce qu'on appelle un bon père de famille, franchement, j'ai honte d'être Belge, j'ai honte que mon grand père et mon arrière grand père qui se sont battus en 40 pour nos libertés. C'est quand que le peuple va enfin se réveiller. Ca fait des années que je me rend compte et particulièrement depuis 1996, que l'on perd beaucoup de nos droits, de nos avantages au profit du néo-libéralisme. Je suis de gauche et Senior Manager dans une multinationale. C'est pas incompatible, je ne critique pas ce qu'on prend sur mon salaire, mais ce que le politique en font. Je crois en une société où tout le monde à le droit aux logement, l'éduction, la santé et la liberté de penser et de gérer sa vie. Actuellement on est au stade des travailleurs pauvres, d'esclavagismes et ce au profit de certains. (Bill Gate a vu sa fortune passer de 48 milliards à 90 milliards en 2020 Le parton d'AMAZON 170 milliards). A méditer.

  • Posté par Debersaques Bart, samedi 1 mai 2021, 11:48

    faut pas lire 1984 et le Le Meilleur des mondes ou regarder V pour Vandetta , cela commence en trop ressembler

  • Posté par Frissen Jean-Marie, jeudi 29 avril 2021, 9:34

    Je vous suis à 100% en tant que libéral social. Le capitalisme à l'anglo-saxonne est une pourriture qui finit par nous faire accepter comme des moutons une société où nos droits sont bafoués au nom du profit. Après avoir quasi émasculé le sénat, l'exécutif s'attaque maintenant à la chambre. Doit-on se rappeler que le pouvoir législatif est le principal pouvoir dans une démocratie ? Et là aussi, sous des motifs divers, avec cette loi, les gouvernements pourront s'arroger des pouvoirs spéciaux à la moindre occasion, crise, risques systémiques et autres. le monde devient fou et nous sommes de plus en plus des caniches aux ordres, soumis et incapables de lire les dangers qui se profilent à l'horizon. On s'étonnera demain de la montée des populismes : mais comment un citoyen peut-il accepter une société pareille ?

  • Posté par Cassesdufliques Jean, jeudi 29 avril 2021, 1:45

    Une fois de plus, le gouvernement bénéficie de 18 jours de plus pour ne pas respecter la loi. Et une fois de plus, il veut faire passer une loi pandémie au lieu d'une loi Covid, grande différence. Et fois de plus, ils vont s'arranger pour voter rapidement une loi qui va justifier après le non respect de la loi. C'est comme si je me fais flasher à 180 km/h sur autoroute et je vote une loi qui dit que je pouvais le faire grâce à cette loi rétroactive. J'ai 55 ans et je suis ce qu'on appelle un bon père de famille, franchement, j'ai honte d'être Belge, j'ai honte que mon grand père et mon arrière grand père qui se sont battus en 40 pour nos libertés. C'est quand que le peuple va enfin se réveiller. Ca fait des années que je me rend compte et particulièrement depuis 1996, que l'on perd beaucoup de nos droits, de nos avantages au profit du néo-libéralisme. Je suis de gauche et Senior Manager dans une multinationale. C'est pas incompatible, je ne critique pas ce qu'on prend sur mon salaire, mais ce que le politique en font. Je crois en une société où tout le monde à le droit aux logement, l'éduction, la santé et la liberté de penser et de gérer sa vie. Actuellement on est au stade des travailleurs pauvres, d'esclavagismes et ce au profit de certains. (Bill Gate a vu sa fortune passer de 48 milliards à 90 milliards en 2020 Le parton d'AMAZON 170 milliards). A méditer.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une