Accueil Société Régions Bruxelles

Couvre-feu, rassemblement, alcool…: les nouvelles mesures appliquées à Bruxelles dès le 8 mai

Les bourgmestres de la Région bruxelloise se sont mis d’accord.

Temps de lecture: 1 min

Le ministre président de la région bruxellois Rudi Vervoort a réuni les bourgmestres pour décider du sort des mesures covid bruxelloises. Le couvre-feu s’alignera désormais sur la mesure fédérale, les rassemblements seront interdits à plus de trois personnes à partir de minuit.

Il sera également interdit de consommer de l’alcool dans l’espace public à partir de 22 heures (au lieu de 20 heures).

Ces mesures seront d’application dès le 8 mai.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par cobbaert jean, mercredi 28 avril 2021, 18:55

    On interdit plus qu'on ne permet....Couvre-feu à 22h alors qu'en dehors de Bruxelles c'est à minuit !!! Aucun sens. D'ailleurs les rues ne sont pas vides à 22h...Loin de là. Pourquoi attendre le 8 mai. Pareil pour les terrasses alors que les jardins sont pleins quand il y a un peu de soleil ! Etc...

  • Posté par Jérôme De Greef, mercredi 28 avril 2021, 23:00

    Je sens que vous avez besoin d'une bonne bière, le manque vous fait dire portnawak :-)))

  • Posté par LAURENT Christian, mercredi 28 avril 2021, 20:43

    Lisez correctement les articles, au lieu de commenter à mauvais escient!

  • Posté par cobbaert jean, mercredi 28 avril 2021, 18:55

    On interdit plus qu'on ne permet....Couvre-feu à 22h alors qu'en dehors de Bruxelles c'est à minuit !!! Aucun sens. D'ailleurs les rues ne sont pas vides à 22h...Loin de là. Pourquoi attendre le 8 mai. Pareil pour les terrasses alors que les jardins sont pleins quand il y a un peu de soleil ! Etc...

  • Posté par Wa Patrick, mercredi 28 avril 2021, 18:19

    Etonnant, étant donné que dans une ordonnance d’une trentaine de pages, le tribunal de 1ère instance de Bruxelles donnait raison, le 31 mars dernier, aux arguments avancés à la Ligue des Droits Humains et la Liga Voor Mensenrechten, estimant que les mesures restrictives des libertés constitutionnelles et des droits de l’Homme, édictées par l’arrêté ministériel du 28 octobre 2020 et ses arrêtés subséquents, « ne reposent, en apparence, pas sur une base légale suffisante. » Un délai de 30 jours avait été laissé à l’État, sous peine d’une astreinte de 5000 euros par jour (et de 200.000 euros maximum), pour se mettre en conformité. Ce volet de l’affaire a fait l’objet, ce mardi, d’une remise au 18 mai en vue d’une réouverture des débats.

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo