Une maison incroyable en pierre du côté de Liège (photos)

Cette ancienne étable en pierre est située à Beaufays, dans un joli cadre proche de toutes les facilités. Elle a subi d’importants travaux pour être transformée en habitation il y a une vingtaine d’années et reste dans un bon état général. Elle propose quatre chambres, deux salles d’eau ou encore un bureau offrant la possibilité d’installer une profession libérale. A cela s’ajoutent aussi un extérieur avec jardin, terrasse et parking, ou encore des annexes dont un garage et un atelier.

1

Situation

Cette maison est implantée à Beaufays, une division de la commune de Chaudfontaine. Son environnement est plutôt vert et résidentiel, mais l’habitation est également bien située par rapport aux facilités. On trouve des arrêts de bus à quelques centaines de mètres, alors que les commerces et services de Beaufays sont accessibles en plus ou moins dix minutes de marche. Les établissements scolaires les plus proches se trouvent dans le village ainsi que dans les entités voisines. L’accès à l’autoroute E25 s’effectue en cinq minutes en voiture, tandis que le centre de Liège est joignable en une dizaine de minutes.

2

État général

Les premières origines de ce bâtiment en pierre du pays remontent au 18e siècle. L’édifice servait autrefois d’étable et a été intégralement transformé en habitation dans le courant des années 1980-1990. La plupart des aménagements intérieurs et extérieurs datent de cette époque : chauffage par le sol au rez, chaudière au mazout, châssis double vitrage, cuisine équipée… Le bien a néanmoins été entretenu avec soin et reste dans un bon état. Il a été agrémenté plus récemment de panneaux photovoltaïques, d’une suite parentale avec salle d’eau au deuxième étage ou encore d’un poêle dans le séjour. La maison offre des espaces de vie contemporains et confortables, tout en ayant préservé quelques éléments de caractère comme ses murs en pierres, ses piliers ou encore son plafond en voussettes au rez.

3

Disposition

La porte d’entrée principale s’ouvre sur un espace qui se prête parfaitement à une activité professionnelle puisqu’on y retrouve un coin d’attente, un WC et un bureau. On pénètre ensuite dans le séjour aménagé dans un style loft et orienté vers le jardin. L’espace communique avec la cuisine ouverte, qui donne accès à une terrasse couverte et à une chaufferie. Un escalier central dessert les deux niveaux supérieurs. Le premier étage accueille un WC, une salle de bain, trois chambres, une buanderie et une petite pièce pouvant servir de dressing. Le dernier niveau est occupé par une généreuse suite parentale avec chambre, dressing et salle de bain. Cet étage accueille aussi un grenier. Les extérieurs de la maison sont composés d’un garage avec atelier, d’un espace parking et d’un jardin divisé en plusieurs zones.

4

Prix

La maison est proposée à la vente à 419.000 euros. Elle est dans un très bon état général et permet l’accueil d’une activité professionnelle.

Adresse : Beaufays

Surface habitable : 280 m2

Chambres : 4

Salles d’eau: 2

WC : 3

Cave : non

Jardin : oui

État : habitable

Garage : oui

PEB : C

Agence : ERA Realim – www.realim.be

Sur le même sujet
Liège (prov. de Liège)
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Bruno Humbeeck, il est «important de prendre le temps de demander aux élèves comment ils vont, et de les consulter».

    Ecole: retour à la vie normale, ou presque

  2. Le Comité de concertation, une structure lourde, compliquée mais qui, avec tous ses défauts, a permis de maintenir une relative paix communautaire au plus fort de la pandémie.

    Coronavirus: le Comité de concertation, un mal nécessaire qui se cherche un successeur

  3. Un site de crémations de masse a été improvisé sur une berge de la rivière Bagmati, à Katmandou.

    Crise sanitaire: le Népal sous le choc d’une flambée d’infections venue du voisin indien

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, jour 423: les plus braves»

    Le 16 juillet 2018, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était un dimanche. Le ciel était dégagé, la température de 26°C. Sur la Grand-Place de Bruxelles, au balcon de l’Hôtel de Ville, Eden Hazard entonnait avec une foule électrique, sur l’air d’On est les champions, le gimmick désormais culte de son pote Kevin De Bruyne : « On s’en bat les couilles, on s’en bat les couilles, on s’en, on s’en, on s’en bat les couilles. »

    C’était drôle, c’était chouette, ça faisait du bien. Les Diables rentraient de Russie après la sale tatouille des Bleus et en vrai, ils auraient dû courber l’échine, tirer la tête, la jouer sombres, amers et dépités. Mais non. Ils chantaient, riaient, faisaient les zozos. Ah, ces Belges, quels fameux numéros ! Même quand ils perdent, ils font la fête.

    Joyeusement, éperdument, comme s’ils venaient d’empocher la Coupe du monde. Et avec ça, le Vendée Globe, tiens ! Et le Super Bowl, et la guerre tant qu’on y est. Et pourquoi pas, le contrat de 2,9 ...

    Lire la suite

  • Mieux vaut créer l’adhésion que des barricades

    La réouverture des terrasses a fait des heureux tout au long du week-end. Liberté certes encadrée, limitée, mais liberté tout de même qui a fait un bien fou après ces mois de confinement. Refaire le monde autour d’une bière fait partie de l’aventure humaine.

    Certains ont toutefois outrepassé les règles. Place Sainte-Croix, à Ixelles, un rassemblement de 500 personnes a été dispersé durant la nuit de samedi à dimanche par la police. A Houyet, les forces de l’ordre ont mis fin à une vaste rave...

    Lire la suite