Le Standard veut à la fois oublier et imiter Genk

@News
@News

Tout va désormais aller très vite. Dans trois semaines, qui ne laisseront aucun répit aux organismes, le Standard saura s’il est parvenu à décrocher, pour la quatrième année consécutive, un ticket européen. Depuis l’instauration des Playoffs, une seule équipe, Genk en l’occurrence, a réussi à s’extirper des Playoffs 2 pour se retrouver en Europa League, au prix d’un barrage victorieux avec son voisin de Saint-Trond, qui avait terminé à la 4e place des Playoffs 1. C’était en fin de saison 2009-2010. Ce sera l’ambition du Standard, même si le format de la compétition a désormais bien changé, à un point tel que le succès de Genk en finale de la Coupe de Belgique offrira automatiquement une qualification au 2e tour préliminaire de la Conference League au vainqueur des Playoffs 2 et donc à Ostende, au Standard, à La Gantoise ou à Malines, qui s’affronteront en matches aller et retour.

Leye : « Laifis ? Respect »

Ostende – Standard, qui lancera samedi ce tournoi, s’annonce déjà capital. Si les Liégeois auront l’occasion de prendre la tête de la compétition, en cas de succès à la Côte, les Ostendais mettront leurs adversaires à 5 longueurs s’ils l’emportent, sachant qu’ils entament ces « Europe Playoffs » avec deux unités d’avance sur le duo Standard – Gand et 3 sur Malines. Ce rendez-vous, ce sera aussi celui de Konstantinos Laifis qui disputera son 200e match sous le maillot rouge et blanc. « Respect », confie Mbaye Leye, son coach. « C’est quelqu’un de fiable, comme Cimirot, qui répond présent tout le temps. Et un joueur dont j’aimerais qu’il reste au Standard le plus longtemps possible. Il a le potentiel pour jouer un peu plus haut qu’ici. Si le Standard a toujours tout fait pour le conserver ou a demandé plus, c’est parce qu’il a confiance en lui… »

À Ostende, en l’absence de Moussa Sissako, suspendu, Noë Dussenne, qui n’a plus commencé un match depuis le 21 février (défaite 3-2 à Zulte Waregem), pourrait être relancé dans le grand bain. Sauf si Leye lui préfère le jeune Nathan Ngoy. « S’il s’entraîne avec nous, c’est qu’il est en mesure de jouer », dit le T1 de Sclessin. « S’il doit encore travailler ses positionnements, il sait construire, faire le jeu, aller dans les duels. Mais à la base, il a tout ce qu’il faut pour venir avec nous… »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous