Acheter une maison: le top 5 des communes les plus chères à Bruxelles

Acheter une maison: le top 5 des communes les plus chères à Bruxelles

La pandémie de Covid-19 a eu un impact limité sur le nombre de transactions immobilières, ressort-il lundi des chiffres de l’office belge de statistique Statbel. Le prix médian des appartements dépasse pour la première fois le cap des 200.000 euros dans le pays.

En 2020, le prix médian belge pour une maison de type fermé ou demi-fermé s’élevait à 216.500 euros (+0,7% par rapport à 2019). Pour une maison de type ouvert, il était de 315.000 euros (+5%). La hausse des prix a été la plus marquée pour les appartements, dont le prix médian a augmenté de 7,4%.

La Région de Bruxelles-Capitale était la région la plus chère. Le prix médian des maisons de type fermé ou demi-fermé était de 435.000 euros (+8,8%) et de 960.000 euros (+11%) pour les maisons de type ouvert. Pour les appartements, il était de 228.000 euros, ce qui représente une hausse de 8,6%.

Le top 5 des communes les plus chères à Bruxelles (vente de maisons)

1. Ixelles (prix médian : 668.000 €)

2. Uccle (632.500€)

3. Woluwe-Saint-Pierre (629.500€)

4. Etterbeek (605.000 €)

5. Woluwe-Saint-Lambert (550.000 €)

Et en Wallonie ?

La Région wallonne était la région la moins chère avec un prix médian de 155.000 euros pour les maisons de type fermé ou demi-fermé (+4,7%) et de 254.000 euros pour les maisons de type ouvert (+5,8%). Retrouvez le top 10 des communes les plus chères et les moins chères de Wallonie ICI. Avec un surcoût de 7.000 euros, les appartements sont devenus 4,7% plus chers, à 155.000 euros, soit autant qu’une maison de type fermé ou demi-fermé.

Entre ces deux extrêmes, la Région flamande proposait en 2020 des maisons de type fermé ou demi-fermé au prix médian de 249.000 euros (+3,8%) et des maisons de type ouvert à 349.000 euros (+5,8% ). Les appartements sont devenus 15.000 euros plus chers (+7,7%), à un prix médian de 210.000 euros.

Chaque jeudi, retrouvez le supplément IMMO avec votre journal « Le Soir ». Pas encore abonné(e) ? Rendez-vous sur www.lesoir.be/abonnement et profitez de la formule qui vous convient.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Bruno Humbeeck, il est «important de prendre le temps de demander aux élèves comment ils vont, et de les consulter».

    Ecole: retour à la vie normale, ou presque

  2. Le Comité de concertation, une structure lourde, compliquée mais qui, avec tous ses défauts, a permis de maintenir une relative paix communautaire au plus fort de la pandémie.

    Coronavirus: le Comité de concertation, un mal nécessaire qui se cherche un successeur

  3. Un site de crémations de masse a été improvisé sur une berge de la rivière Bagmati, à Katmandou.

    Crise sanitaire: le Népal sous le choc d’une flambée d’infections venue du voisin indien

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, jour 423: les plus braves»

    Le 16 juillet 2018, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était un dimanche. Le ciel était dégagé, la température de 26°C. Sur la Grand-Place de Bruxelles, au balcon de l’Hôtel de Ville, Eden Hazard entonnait avec une foule électrique, sur l’air d’On est les champions, le gimmick désormais culte de son pote Kevin De Bruyne : « On s’en bat les couilles, on s’en bat les couilles, on s’en, on s’en, on s’en bat les couilles. »

    C’était drôle, c’était chouette, ça faisait du bien. Les Diables rentraient de Russie après la sale tatouille des Bleus et en vrai, ils auraient dû courber l’échine, tirer la tête, la jouer sombres, amers et dépités. Mais non. Ils chantaient, riaient, faisaient les zozos. Ah, ces Belges, quels fameux numéros ! Même quand ils perdent, ils font la fête.

    Joyeusement, éperdument, comme s’ils venaient d’empocher la Coupe du monde. Et avec ça, le Vendée Globe, tiens ! Et le Super Bowl, et la guerre tant qu’on y est. Et pourquoi pas, le contrat de 2,9 ...

    Lire la suite

  • Mieux vaut créer l’adhésion que des barricades

    La réouverture des terrasses a fait des heureux tout au long du week-end. Liberté certes encadrée, limitée, mais liberté tout de même qui a fait un bien fou après ces mois de confinement. Refaire le monde autour d’une bière fait partie de l’aventure humaine.

    Certains ont toutefois outrepassé les règles. Place Sainte-Croix, à Ixelles, un rassemblement de 500 personnes a été dispersé durant la nuit de samedi à dimanche par la police. A Houyet, les forces de l’ordre ont mis fin à une vaste rave...

    Lire la suite