Acheter une maison: le top 5 des communes les plus chères à Bruxelles

Acheter une maison: le top 5 des communes les plus chères à Bruxelles

La pandémie de Covid-19 a eu un impact limité sur le nombre de transactions immobilières, ressort-il lundi des chiffres de l’office belge de statistique Statbel. Le prix médian des appartements dépasse pour la première fois le cap des 200.000 euros dans le pays.

En 2020, le prix médian belge pour une maison de type fermé ou demi-fermé s’élevait à 216.500 euros (+0,7% par rapport à 2019). Pour une maison de type ouvert, il était de 315.000 euros (+5%). La hausse des prix a été la plus marquée pour les appartements, dont le prix médian a augmenté de 7,4%.

La Région de Bruxelles-Capitale était la région la plus chère. Le prix médian des maisons de type fermé ou demi-fermé était de 435.000 euros (+8,8%) et de 960.000 euros (+11%) pour les maisons de type ouvert. Pour les appartements, il était de 228.000 euros, ce qui représente une hausse de 8,6%.

Le top 5 des communes les plus chères à Bruxelles (vente de maisons)

1. Ixelles (prix médian : 668.000 €)

2. Uccle (632.500€)

3. Woluwe-Saint-Pierre (629.500€)

4. Etterbeek (605.000 €)

5. Woluwe-Saint-Lambert (550.000 €)

Et en Wallonie ?

La Région wallonne était la région la moins chère avec un prix médian de 155.000 euros pour les maisons de type fermé ou demi-fermé (+4,7%) et de 254.000 euros pour les maisons de type ouvert (+5,8%). Retrouvez le top 10 des communes les plus chères et les moins chères de Wallonie ICI. Avec un surcoût de 7.000 euros, les appartements sont devenus 4,7% plus chers, à 155.000 euros, soit autant qu’une maison de type fermé ou demi-fermé.

Entre ces deux extrêmes, la Région flamande proposait en 2020 des maisons de type fermé ou demi-fermé au prix médian de 249.000 euros (+3,8%) et des maisons de type ouvert à 349.000 euros (+5,8% ). Les appartements sont devenus 15.000 euros plus chers (+7,7%), à un prix médian de 210.000 euros.

Chaque jeudi, retrouvez le supplément IMMO avec votre journal « Le Soir ». Pas encore abonné(e) ? Rendez-vous sur www.lesoir.be/abonnement et profitez de la formule qui vous convient.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après les révélations sur la pollution à Zwijndrecht, Céline Tellier a demandé à l’administration un rapport sur la situation en Wallonie.

    Tellier: «Les Pfas, c’est l’arbre qui cache la forêt»

  2. La joie des Diables après le premier but.

    Euro 2020: l’infinie patience belge a fini par avoir raison du verrou finlandais

  3. d-20210502-GMG7D1 2021-05-02 15_23_42

    Vaccin: la deuxième dose est-elle nécessaire quand on a eu le covid?

La chronique
  • La chronique «Alternatives» sur les élections régionales en France: malheur aux non-sortants

    C’est le vrai coup de tonnerre des élections régionales qui viennent de se dérouler en France : l’extrême droite qui a réalisé un score bien en dessous de ses espoirs ne conquerra sans doute aucune région, même pas la Provence-Côte d’Azur que tous les sondages lui attribuaient.

    L’autre grande leçon, sinistre celle-là, de ce scrutin, c’est l’ampleur abyssale de l’abstention. 67 %. Contrairement à ce que je craignais, même les extrêmes, réputées plus mobilisées, se sont massivement abstenues, d’où la contre-performance du lepénisme et l’effondrement de l’extrême gauche mélenchoniste. 33 % seulement des électeurs, un tiers de l’électorat, se sont déplacés, ce qui signifie, par exemple, que la candidate socialiste en Ile-de-France, soutenue par la maire de Paris Anne Hidalgo, n’a obtenu que 3 % des inscrits, et les candidats macronistes dans le Nord-Pas-de-Calais, moins de 3 %.

    Qui, malgré ce désastre démocratique, a gagné ?

    Les sortants. Tous les sortants. Quelle que...

    Lire la suite

  • La recette d’une élection: donner envie de voter, tout court

    Dimanche soir, sur les plateaux télé français, c’était le gros chagrin démocratique. Le taux d’abstention abyssal donnait du grain à moudre à ceux qui proclamaient soudain une démocratie en berne car boudée, et concluaient à des citoyens qui n’en avaient plus rien à faire de la politique, et de ceux et celles qui la font.

    Vite dit ? Attention en tout cas à sauter trop vite sur les conclusions faciles. Le scrutin français présente ainsi quelques éléments intéressants pour nourrir notre propre...

    Lire la suite