Accueil Monde Proche-Orient

Après le report des élections palestiniennes, les failles craquent de tous les côtés

Des observateurs parlent d’annulation du scrutin. L’excuse avancée par Mahmoud Abbas cache mal la crainte de perdre les élections. Le dirigeant palestinien fragilise sa position démocratique, diplomatique, politique...

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

L’inverse eût été étonnant. Jeudi soir, le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé le report des élections, qui auraient dû être les premières en quinze ans sur les territoires palestiniens. Et ce tant que le scrutin ne serait pas « garanti » à Jérusalem-Est, annexé par Israël. « Nous avons décidé de reporter la date des élections jusqu’à ce que (...) notre peuple puisse exercer ses droits démocratiques à Jérusalem », a-t-il annoncé après une réunion de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) portant sur les législatives prévues jusque-là le 22 mai. Les élections présidentielles devaient se tenir en juillet.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs