La Boum 2: la police poursuit les derniers participants et effectue plusieurs arrestations (vidéo)

La police poursuit toujours les derniers participants de La Boum 2 hors du parc. La plupart des personnes qui étaient venues à l’événement sont parties après les divers avertissements, mais un noyau dur continue à défier la police. En ce moment, ce groupe se trouve sur la Bosvoordelaan où plusieurs feux sont allumés.

Pendant toute l’après-midi et la soirée, la police a été bombardée de pétards, de bouteilles, de pierres et de branches. Il n’est pas clair s’il y a eu des blessures du côté de la police. Parmi les participants à l’événement, il y avait cependant plusieurs personnes qui avaient besoin de soins. La police a également procédé à plusieurs arrestations. On ne sait pas exactement combien de personnes étaient impliquées.

Le canon à eau est entré en action à plusieurs reprises et un des participants à l’événement a été renversé par le véhicule. La victime a brièvement perdu connaissance après avoir été heurtée à l’arrière de la tête. L’homme est actuellement examiné par les ambulanciers et sera probablement transporté à l’hôpital. Son pronostic vital ne semble pas engagé.

« Ne tombez pas dans ce piège »

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles et le parquet de Bruxelles ont diffusé un communiqué commun, vendredi, invitant à ne pas se rendre à la « Boum 2 ». Quelque 9.000 personnes se sont dites « intéressées » par cet événement publié sur Facebook.

« Ne tombez pas dans ce piège », a lancé le Premier ministre Alexander De Croo à l’attention des personnes qui souhaiteraient participer samedi à l’événement interdit « La Boum 2 » au Bois de la Cambre à Bruxelles.

Pour rappel, le 1er avril, la première Boum avait rassemblé au bois de la Cambre entre 1.500 et 2.000 personnes, selon l’estimation de la police, qui avait dû faire usage de la force pour disperser la foule. Au total, 26 policiers, huit participants et sept chevaux avaient été blessés et plusieurs véhicules de police dégradés. Le collectif L’Abîme a organisé une seconde fête le 2 avril et a repris à son compte le nom « La Boum » pour sa nouvelle fête illégale prévue le 1er mai.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous